Alfred Elmiger

1886 - 1958

Informations générales
  • Né le 29 mars 1886 à Lyon (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 3 décembre 1958 à Lyon (Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 26 avril 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Rhône
Groupe
Gauche indépendante

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 29 mars 1886 à Lyon (Rhône).

Député du Rhône de 1936 à 1942.

Fils d'une famille ouvrière de neuf enfants vivant dans le quartier de la Croix-Rousse, Alfred Elmiger. Après avoir fait ses études primaires chez les frères des écoles chrétiennes, dut travailler dès l'âge de 14 ans pour assurer sa subsistance. Mais, en dehors de son travail journalier, il continua seul ses études et, sans avoir reçu aucune aide pécuniaire ni fréquenté aucun établissement secondaire, il obtint son baccalauréat. II fit ensuite ses études de pharmacie et s'installa comme pharmacien dans son quartier natal. 11 devait même, plus tard, obtenir le titre de docteur en pharmacie.

Pendant la guerre de 1914-1918, il fit tout son devoir et il reçut la Médaille du combattant.

Elmiger était resté étranger à toute action politique jusqu'en 1936. A cette date, un certain nombre de ses amis, déçus par l'attitude des partis traditionnels - particulièrement au cours de la législature 1932-1936 où le Parlement avait usé onze ministères - le poussèrent à se présenter aux élections générales dans son arrondissement, hors de la férule des comités électoraux habituels. Elmiger posa donc sa candidature dans la cinquième circonscription (4e arrondissement) sous l'étiquette de « républicain indépendant ».

Il se présentait comme un candidat refusant « d'avoir au cou le collier d'un parti politique » et réclamait une réforme profonde de la Constitution, du Parlement, de l'administration et de la fiscalité.

Au premier tour, Elmiger arriva en quatrième position avec 1.348 voix, derrière Bruyas, député sortant radical-socialiste qui avait obtenu 1.702 voix, Gonnu, candidat de la Fédération républicaine, 1.485 voix, Gendre, socialiste S.F.I.O. qui en totalisait 1.381 et précédait Berlioz, communiste, 930 voix.

Il se maintint au second tour et il fut élu avec 3.151 voix sur 7.068 votants, devant Gendre, 2.230 voix, et Bruyas, 2.094.

Au Palais Bourbon, il ne s'inscrivit à aucun groupe. Il fut membre de la commission du commerce et de l'industrie. Il déposa diverses propositions de loi relatives notamment à la création d'une caisse nationale de compensation et d'arbitrage des dettes privées, à des modifications de la fiscalité, aux allocations familiales, à la prohibition du changement de destination des locaux d'habitation, aux assurances sociales. Il intervint dans la discussion d'interpellations sur la politique générale du gouvernement ; sur sa politique agricole ainsi que dans la discussion des projets de loi relatifs à l'exécution d'un plan de grands travaux ; à la réforme fiscale, à la répression de la hausse injustifiée des prix.

Le 10 juillet 1940, il fut des 80 parlementaires qui votèrent contre l'octroi des pouvoirs constitutionnels au maréchal Pétain.



Né le 29 mars 1886 à Lyon (Rhône)

Décédé le 3 décembre 1958 à Lyon

Député du Rhône de 1936 à 1942

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome V, p. 1620)

Alfred Elmiger se présente dans la première circonscription du Rhône aux élections du 21 octobre 1945 pour la première Assemblée nationale constituante, mais il est battu, la liste d'Union des comités républicains sur laquelle il figure en deuxième position ne réunissant que 27 634 suffrages sur 27 6425 votants et n'obtenant qu'un siège.

Il abandonne alors la vie politique pour se consacrer à l'exploitation de sa pharmacie et meurt à Lyon le 3 décembre 1958.