Jean-Marie Fillon

1874 - 1957

Informations générales
  • Né le 23 mai 1874 à Chassagny (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 7 septembre 1957 à Chassagny (Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Rhône
Groupe
Radical et radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Rhône
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste

Biographies

Né le 23 mai 1874 à Chassagny (Rhône).

Député du Rhône de 1924 à 1928 et de 1932 à 1936.

Fils de cultivateurs établis à Chassagny, Jean-Marie Fillon y fut aussi agriculteur. Maire de sa commune en 1904, il devait le demeurer pendant 25 ans. Conseiller d'arrondissement de 1913 à 1919, il entra au Conseil général du Rhône le 25 mars 1923 et se spécialisa, en outre, dans les questions de mutualité et de coopération agricole. Ce fut à l'âge de 50 ans qu'il vint à la politique sur le plan national en acceptant modestement la treizième et dernière place sur la liste du bloc des gauches menée à la victoire dans le département du Rhône par Edouard Herriot lors des élections législatives générales du 11 mai 1924. En obtenant pour sa part 110.500 voix sur 194.916 votants, Fillon se plaça au dixième rang de cette liste. Le rétablissement du scrutin uninominal pour le renouvellement des 22 et 29 avril 1928 ne lui fut pas favorable. Distancé dès le premier tour de scrutin dans la 11e circonscription de Lyon par Jean Delorme qui rassemblait 10.632 voix sur 24.876 votants, alors qu'il n'en totalisait lui-même que 6.728, deux autres candidats se partageant également le reste des voix, il fut cependant bien près d'emporter le siège au second tour, le 29 avril, en obtenant 11.271 voix sur 25.076 votants, soit moins d'un demi-millier de voix que Delorme, élu avec 11.718 voix. En 1932, il put prendre sa revanche sur le même adversaire, mais au scrutin de ballottage seulement, le 8 mai. Au premier tour, le 1er mai, le député sortant arrivait en tête avec 10.200 voix sur 25.411 votants, contre 9.583 à lui-même, 3.625 à Grateau et 1.737 à Poirier ; au second tour de scrutin, le 8 mai, Fillon triomphait largement de son adversaire avec 14.582 voix sur 25.956 contre 10.585 à celui-ci. Il ne se représenta pas aux élections de 1936.

Elu sur un programme cartelliste en 1924 et radical-socialiste en 1932, il siégea chaque fois dans les rangs des radicaux et radicaux-socialistes. Son activité qui fut modeste s'exerça surtout au sein des commissions auxquelles il appartint : celles des mines et de la force motrice (1924), de l'agriculture (1927), de l'Alsace-Lorraine et enfin d'assurance et de prévoyance sociales (1932). Il fut aussi, lors de son premier mandat, nommé membre de la commission d'enquête sur toutes les opérations concernant les réparations en nature, en 1924.

Ayant abandonné la vie publique en renonçant à se présenter en 1936, il reprit ses activités agricoles.



Né le 23 mai 1874 à Chassagny (Rhône)

Décédé le 7 septembre 1957 à Chassagny

Député du Rhône de 1924 à 1928 et de 1932 à 1936

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome V, p. 1692, 1693)

Président du Comité de Libération de Chassagny en 1944, Jean-Marie Fillon retrouve son mandat de maire en 1945. Réélu aux élections de 1947, il ne se représente pas en 1953.

Toujours fidèle au Parti radical, Jean-Marie Fillon continue de s'intéresser aux questions agricoles et à la coopération en qualité de membre de la Chambre d'agriculture et de vice-président des Caisses mutuelles du Rhône.

Il meurt dans son village natal, à l'âge de 73 ans, le 7 septembre 1957.