Oswen de Kéroüartz

1898 - 1955

Informations générales
  • Né le 11 septembre 1898 à Franc-waret (Belgique)
  • Décédé le 30 août 1955 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 13 avril 1930 au 31 mai 1932
Département
Côtes-du-Nord
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Indépendants d'action économique, sociale et paysanne

Biographies

Né le 11 septembre 1898 à Francwaret (Belgique).

Député des Côtes-du-Nord de 1930 à 1936.

Fils de Frédéric et de Louise d'Andigné, Oswen de Keroüartz naquit le 11 septembre 1898 à Francwaret (Belgique). Titulaire du baccalauréat, bachelier en droit, ingénieur de l'Ecole centrale des arts et manufactures, il fut ingénieur au Gaz de Paris de 1921 à 1926.

Ses études avaient été interrompues par la mobilisation, le 25 décembre 1917. Aspirant d'artillerie, sa conduite brillante lui valut la Croix de guerre et il fut nommé sous-lieutenant le 15 septembre 1918. Il fut détaché, le 6 octobre 1924, comme ingénieur de la mission interalliée de contrôle des usines de la Ruhr (M.I.C.U.R.).

Se consacrant ensuite à la gestion de ses domaines bretons, Oswen de Keroüartz - le 30 janvier 1930, Yves Le Trocquer, député des Côtes-du-Nord (2e circonscription de Guingamp), élu sénateur le 20 octobre 1929, ayant donné sa démission de député - se présenta alors sous l'étiquette « républicain de gauche ». Au premier tour de scrutin il arriva en seconde position avec 3.273 voix contre 3.598 voix à Loth (radical-socialiste). Les deux autres candidats s'étant retirés, il fut élu, le 13 avril, au second tour de scrutin avec 6.512 voix contre 6.445 à Loth.

Keroüartz se représenta aux élections de mai 1932. Arrivé en tête au premier tour avec 6.996 voix contre 6.746 à Loth, il fut réélu au deuxième tour battant Loth par 7.867 voix contre 7.727. Enfin, en 1936, bien qu'arrivé en tête au premier tour, sous l'étiquette d'union républicaine démocratique (U.R.D.), avec 7.074 voix contre 6.853 à Serandour (radical-socialiste) et 871 voix à Le Maner (P.C.), il fut battu au deuxième tour, n'obtenant que 7.717 voix contre 7.827 à Serandour. Il resta cependant maire de Bulat-Pestivien (élu en 1935) et conseiller général du canton de Callac (élu le 1er septembre 1935, réélu le 10 octobre 1937). Il était en outre président du comité agricole de Callac (depuis 1930), président de la mutuelle hippique du canton de Callac, président fondateur du syndicat d'électricité de la région de Callac.

A la Chambre des députés, Oswen de Keroüartz s'inscrivit au groupe indépendant d'action économique, paysanne et sociale. Membre de la commission d'hygiène en 1930 puis de la commission de l'agriculture (1932), il se préoccupa essentiellement des problèmes agricoles, notamment des questions forestières et céréalières ainsi que de la détaxe des carburants utilisés par les exploitants agricoles, des difficultés de l'élevage et de la protection des légumes français.

Le 7 juin 1932, il ne prit pas part au vote approuvant la politique générale du gouvernement Herriot. Il vota pour le gouvernement Doumergue (15 février 1933); pour les crédits visant à renforcer la couverture défensive de la France (15 juin 1934) ; pour l'allongement de la durée du service militaire (15 mars 1935) ; pour les pleins pouvoirs économiques au gouvernement Laval (7 juin 1935) ; contre le traité franco-soviétique (27 février 1936).



Né le 11 septembre 1898 à Francwaret (Belgique)

Décédé le 1er juin 1975 à Paris

Député des Côtes-du-Nord de 1930 à 1936

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VI, p. 2054)

Démobilisé en mai 1941, Oswen de Kérouartz retrouve la mairie de Bulat-Pestivien où le gouvernement de Vichy le maintient en fonction malgré son refus de siéger au Conseil départemental.

Avec sa femme il apporte un concours actif à la Résistance puis s'engage comme lieutenant d'artillerie en août 1944.

De retour en février 1945, il est réélu maire de Bulat-Pestivien aux élections de septembre et se verra constamment renouveler la confiance de ses administrés.

Oswen de Kérouartz meurt à Paris le 1er juin 1975, à l'âge de 76 ans.