Armand Pillot

1892 - 1953

Informations générales
  • Né le 20 décembre 1892 à Nantes (Loire-Inférieure - France)
  • Décédé le 28 juillet 1953 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Seine
Groupe
Communiste

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 20 décembre 1892 à Nantes (Loire-Inférieure). Député de la Seine de 1936 à 1940.

Né à Nantes, Armand Pillot tient de son père, militant syndicaliste, sa foi dans le syndicalisme et le socialisme. Electricien, il s'inscrit très jeune au syndical de sa corporation. Mécanicien après la guerre, il milite ensuite à l'union syndicale de la métallurgie, dont il devient rapidement l'un des dirigeants en même temps qu'il est conseiller prud'homme (section des métaux). Membre actif du parti communiste, il est d'abord secrétaire de rayon puis membre du bureau régional, enfin candidat du parti aux élections législatives dans la 2e circonscription du XVIIIe arrondissement de Paris. En 1928, il n'obtient que 5.611 voix sur 25.110 votants et en 1932, 4.061 sur 24.476 suffrages exprimés. Mais, aux élections de 1936, bénéficiant de l'union de la gauche, il bat de justesse son adversaire conservateur par 10.569 voix contre 10.386, sur 28.289 inscrits et 24.344 suffrages exprimés. Membre de la commission de la marine militaire et de la commission de l'aéronautique, il s'occupe essentiellement des problèmes sociaux, notamment des accidentés du travail et des chômeurs.

Entré comme ses collègues communistes au groupe ouvrier et paysan français le 29 septembre 1939, deux jours après la dissolution du parti, il se sépare de celui-ci le 22 décembre suivant. De ce fait il ne fut pas déchu de son mandat en janvier 1940 et accorda le 10 juillet au Congrès de Vichy les pouvoirs constituants demandés par le maréchal Pétain.