Barthélémy, Honoré, Victor, Georges Robaglia

1867 - 1941

Informations générales
  • Né le 8 juillet 1867 à Sceaux (Hauts-de-Seine - France)
  • Décédé le 18 octobre 1941 (Lieu de décès inconnu)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Seine
Groupe
Républicains de gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 8 juillet 1867 à Sceaux (Seine).

Député de la Seine de 1924 à 1928.

Sous-secrétaire d'Etat à l'Aéronautique et aux Transports aériens du 19 au 21 juillet 1926.

Officier de marine, Robaglia accomplit une large partie de sa carrière aux colonies, où il se signale notamment par une mission au Mékong. Démissionnaire comme lieutenant de vaisseau, il se fait inscrire au barreau. Il reprendra cependant du service au début de la guerre, au cours de laquelle, après maintes citations, il sera promu au grade de capitaine de frégate.

Elu représentant du Ve arrondissement de Paris et conseiller général de la Seine en 1911, il sera nommé, en 1922, président du conseil municipal de Paris.

Il fut rapporteur général du port de Paris, vice-président du comité du budget de la ville et président du comité du budget du département. C'est à son initiative que sera créée la carte de priorité pour les mutilés de guerre et que seront exonérées d'impôts les constructions nouvelles.

Aux élections du 11 mai 1924, il est élu député de la 3e circonscription de la Seine sur la liste de l'union républicaine démocratique, avec 61.683 voix pour 198.996 suffrages exprimés.

Il s'inscrit au groupe des républicains de gauche, qu'il représente au sein de la commission de l'Algérie et des colonies et de la commission de la marine militaire. Il interviendra fréquemment à la Chambre et notamment sur les problèmes de la région parisienne et sur les questions navales.

En juillet 1926, Edouard Herriot l'appelle au Gouvernement, où il occupe le poste de sous-secrétaire d'Etat à l'Aéronautique et aux Transports aériens, près d'André Hesse, ministre des Travaux publics. Ses fonctions gouvernementales seront de brève durée, puisque le cabinet constitué par Herriot est investi le 19 juillet et démissionnaire le 21 juillet. Il se représente aux élections d'avril 1928, pour lesquelles le scrutin uninominal majoritaire a remplacé le scrutin de liste. Candidat dans le XIVe arrondissement (1re circonscription), il n'arrive au premier tour qu'après le président du Conseil municipal, Delsol, qui recueille 5.420 voix, alors que lui n'en obtient que 4.484. Il décide alors de ne pas maintenir sa candidature au second tour.

Après avoir lutté pendant onze ans pour la création d'une exposition coloniale internationale, il verra ses rêves réalisés en 1927 et deviendra commissaire général adjoint de l'Exposition.

Il était commandeur de la Légion d'honneur.