Pierre Sansas

1804 - 1877

Informations générales
  • Né le 13 décembre 1804 à Bordeaux (Gironde - France)
  • Décédé le 5 janvier 1877 à Versailles (Yvelines - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 2 juillet 1871 au 7 mars 1876
Département
Gironde
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 5 mars 1876 au 5 janvier 1877
Département
Gironde
Groupe
Gauche républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, député en 1876, né à Bordeaux (Gironde) le 13 décembre 1804, mort à Versailles le 5 janvier 1877, il fit son droit à Toulouse et se fit inscrire au barreau de Bordeaux (1835).

D'opinions libérales, il fut, sous Louis-Philippe, membre du conseil municipal de Bordeaux (1846) et adjoint au maire (1848). Il défendit avec ardeur les idées démocratiques dans la Tribune de la Gironde, dont il était co-propriétaire et l'un des rédacteurs. Il protesta contre la politique du prince Louis-Napoléon, et fut déporté au 2 décembre. Après un séjour de quatre ans en Espagne, il rentra à Bordeaux, fut de nouveau compromis dans l'attentat d'Orsini en 1858, et interné en Algérie, où il plaida au barreau de Constantine; il rentra, à l'amnistie de 1859, et reprit sa place au barreau de Bordeaux. Il redevint membre du conseil municipal, s'occupa surtout, jusqu'en 1870, de travaux juridiques et historiques, publia une brochure sur les Origines municipales de Bordeaux, et obtint une médaille d'or de l'Académie de cette ville, dont il était membre. Il créa le musée lapidaire en 1867, et fonda en 1873 la Société archéologique de Bordeaux.

Le gouvernement du 4 septembre le nomma avocat général à la cour de Bordeaux le 6 novembre 1870; mais il fut révoqué le 2 mai 1871. Il entra alors dans la politique, posa sa candidature républicaine dans la Gironde, aux élections complémentaires du 2 juillet 1871, motivées par l'option de quatre représentants pour d'autres départements, et fut élu, le 4e et dernier, par 75,345 voix (129,770 votants, 201,514 inscrits). Il prit place à la gauche républicaine et vota:

- contre la pétition des évêques,
- pour le service de trois ans,
- contre la démission de Thiers,
- contre le septennat,
- contre le ministère de Broglie,
- pour l'amendement Wallon
- et pour les lois constitutionnelles.

En juillet 1874, il vota aussi en faveur de la proposition Maleville relative à la dissolution, et, le 12 juillet 1875, repoussa la loi sur l'enseignement supérieur.

Réélu député, le 5 mars 1876, au second tour, dans la 2e circonscription de Bordeaux, par 7,745 voix (12,887 votants, 23,301 inscrits), contre 4,907 à M. Mie, radical, il mourut en janvier suivant et fut remplacé, le 10 avril, par M. Mie. Son nom a été donné à une rue de Bordeaux.