Rapport annuel de suivi de la loi de refondation de l’école : la commission entend Yves Durand

Contenu de l'article

Mercredi 22 février 2017 matin, la commission a débattu autour d'une communication d'Yves Durand sur le rapport annuel du comité de suivi de la loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l’école de la République.

voir la vidéo 

lire le rapport

lire la synthèse du rapport

La commission a entendu le député Yves Durand, en sa qualité de président du comité de suivi de la loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République. Placé auprès de la ministre de l’éducation nationale, ce comité, créé par la loi, est composé de douze membres parmi lesquels quatre députés – Jean-Noël Carpentier, Yves Durand, Martine Faure et Mme Dominique Nachury – et quatre sénateurs.

Dans son deuxième rapport annuel, le comité de suivi s’est attaché à faire état de l’avancée de la mise en oeuvre des mêmes chantiers que dans le précédent: la priorité au primaire, la réforme de la formation des enseignants, la vie des nouvelles instances des programmes et de l’évaluation. Il a aussi souhaité faire un point sur le service public du numérique éducatif, également inscrit dans la loi, dans le service public d’éducation lui-même.

Au fil des auditions et des rencontres en académies, le comité de suivi a constaté la progressive appropriation de la cohérence des axes de travail engagés par la loi, même si la mise en application « en bloc » des programmes d’enseignement à la rentrée 2016, à l’école primaire et au collège, avait pu créer une certaine tension chez les acteurs, enseignants, chefs d’établissements, directeurs d’école et inspecteurs pédagogiques.
Le comité a également remarqué que la réflexion sur la personnalisation de l’aide et l’évaluation avait permis de remettre en relief l’attention à apporter à chaque élève afin que chacun puisse, dans sa propre progression, maintenant organisée en cycles, aller vers la maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Retour haut de page