Audition du Gouverneur de la Banque de France

Contenu de l'article

Mercredi 2 mars 2016 matin, la commission des finances a auditionné François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France.

Voir la vidéo

Depuis le début de l’année, l’instabilité des marchés financiers fait naître la crainte d’une nouvelle crise financière. En 2016, la Bourse de Paris a déjà enregistré trois séances de baisse de plus de 3% et trois de plus de 20%, soit une séance sur cinq, la Bourse de Shanghai a perdu 22% et le cours du brent a perdu 19% de sa valeur.

Face à ces incertitudes, les autorités de régulation sont intervenues pour rassurer sur la solidité des banques européennes. Ainsi, Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques et financières, à la fiscalité et aux douanes, a assuré que « dans l’ensemble, le système bancaire européen est beaucoup plus solide que par le passé, on doit lui faire confiance ».

En effet, depuis 2008, sous la pression des régulateurs, les banques européennes ont considérablement renforcé leurs fonds propres.

En ce qui concerne les banques françaises, François Villeroy de Galhau a déclaré, le 10 février, qu’elles étaient également beaucoup plus solides aujourd’hui qu’en 2008. Ainsi, le Gouverneur de la Banque de France estime que si la situation de liquidité des banques était préoccupante en 2008, ce qui avait réduit les crédits aux entreprises, la situation est totalement inverse aujourd’hui, les crédits bancaires aux entreprises étant sur un rythme de croissance de 4%.

Il a estimé par ailleurs que la situation de la zone euro n’est pas si préoccupante, les précisions de croissance en 2016 étant de 1,7% pour la zone euro et de 1,4% en France.

Il s’agit de la première audition de François Villeroy de Galhau par la commission des finances depuis son accession au poste de Gouverneur de la Banque de France le 1er novembre 2015. Préalablement à sa nomination par le Président de la République, il avait été auditionné par la commission le 29 septembre 2015. ( voir le compte rendu de son audition)

Retour haut de page