Les premières femmes au Gouvernement : les ministres du Front populaire

Partager

3 partage(s)

Dans le gouvernement de Front populaire de Léon Blum en juin 1936, trois femmes ont été nommées ministres (ou « sous-secrétaires d'État ») alors qu'elles n'étaient, comme toutes les femmes de leur temps, ni électrices ni éligibles.

Contenu de l'article

On a souvent relevé l'innovation, et le paradoxe, qu'a constitué la présence dans le gouvernement de Front populaire de Léon Blum en juin 1936, de trois femmes, ministres (ou « sous-secrétaires d'État ») alors qu'elles n'étaient, comme toutes les femmes de leur temps, ni électrices ni éligibles.
Cette « première » eut une portée symbolique considérable. Il faut cependant rappeler que ni Cécile Brunschvicg, sous-secrétaire d'État à l'Éducation nationale, ni Irène Joliot-Curie, sous-secrétaire d'État à la Recherche scientifique, d'ailleurs démissionnaire dès le 28 septembre 1936, ni Suzanne Lacore, sous-secrétaire d'État à la protection de l'enfance, ne prirent jamais la parole dans l'hémicycle du Palais Bourbon. Leur présence fut donc muette, ce qui ne veut pas dire, loin de là, qu'elles furent inactives.
Après la démission du premier gouvernement Blum en juin 1937, les ministères de la fin de la IIIe République ne comportèrent plus de femmes. Léon Blum lui-même, dans son deuxième gouvernement (13 mars-10 avril 1938), ne renouvela pas l'expérience.

Cécile Brunschvicg (1877-1946), qui en 1894, avait dû passer son brevet supérieur clandestinement pour ne pas mécontenter son père, consacra sa vie à l'action féministe, notamment en présidant l'Union française pour le suffrage des femmes et en dirigeant le Journal La Française.

Elle fut membre du parti radical.

Cécile Brunschvicg photographiée par Henri Manuel

Suzanne Lacore (mai 1875-novembre 1975), sous-secrétaire d'État à la Santé publique, chargée de la protection de l'enfance du 4 juin 1936 au 21 juin 1937 (1er gouvernement Léon Blum).

Directrice d'école primaire, Suzanne Lacore fut l'une des trois femmes qui firent partie pour la première fois d'un gouvernement en France, avant même d'être électrices et éligibles. Elle institua les visiteuses sociales et s'attacha à développer la formation des jeunes salariées.

page28

Le Gouvernement du Front populaire photographié sur les marches du Palais de l'Élysée. Au premier rang, Suzanne Lacore.

Irène Joliot-Curie, fille de Pierre et Marie Curie, démontre, avec son mari Frédéric Joliot, l'existence du neutron et découvre la radioactivité artificielle. En 1935 elle partage avec son mari le prix Nobel de chimie. Elle est nommée sous-secrétaire d'État à la recherche scientifique du gouvernement de Front populaire. A l'Institut du radium, elle étudie des radioéléments produits par les neutrons dans le thorium et l'uranium.

joliot-curie-v

Retour haut de page