La conquête de la citoyenneté politique des femmes

Partager

2 partage(s)

groupe de suffragettes

groupe de suffragettes

Chargement...
  • Chronologie du droit de vote et d'éligibilité des femmes

    ...depuis l'Ancien régime jusqu' au 21 octobre 1945.

    Lire la suite
  • De la Révolution à la Troisième république

    « Elle voulut être homme d'État et il semble que la loi ait puni cette conspiratrice d'avoir oublié les vertus qui conviennent à son sexe ».
    (Le Moniteur, novembre 1793 sur Olympe de Gouges)

    Lire la suite
  • Contre le vote des femmes : florilège

    Ce florilège antiféministe recueille des déclarations ou écrits d'hommes politiques, députés et sénateurs, de droite et de gauche, de 1881 à 1944. S'y ajoute un texte d'un non parlementaire, l'écrivain Romain Rolland. On mesure à cet entassement de stéréotypes quel courant contraire la « cause des femmes » avait à remonter sous la IIIe République, et on comprend mieux pourquoi elle n'y est pas parvenue.

    Lire la suite
  • La Troisième république et le suffrage des femmes : l'inefficacité du législateur

    Sous la IIIème République, les initiatives se multiplient pour que le législateur reconnaisse la citoyenneté des Françaises ; il s'agit là d'une évolution des idées et des mentalités présente sous toutes les latitudes : des pays, des territoires neufs accordent des droits civiques aux femmes (le Wyoming dès 1869, la Nouvelle-Zélande en 1893, la Finlande en 1906) ; des organisations féministes sont créées dans les pays n'ayant pas encore évolué sur la question, et les partis politiques les plus libéraux ou progressistes reprennent cette revendication. En France, malgré toutes les initiatives, l'échec est flagrant.

    Lire la suite
  • Ecrits féministes : pour le vote des femmes

    Textes de Hubertine Auclert, Maria Vérone et Yvonne Netter

    Lire la suite
  • Les premières femmes au Gouvernement : les ministres du Front populaire

    Dans le gouvernement de Front populaire de Léon Blum en juin 1936, trois femmes ont été nommées ministres (ou « sous-secrétaires d'État ») alors qu'elles n'étaient, comme toutes les femmes de leur temps, ni électrices ni éligibles.

    Lire la suite
English  S'authentifier
Retour haut de page