Médéric, Louis, Elie Moreau de Saint-Méry

1750 - 1819

Informations générales
  • Né le 13 janvier 1750 à Fort-royal (Martinique - France)
  • Décédé le 28 janvier 1819 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 4 octobre 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Martinique (Type : Colonie)
Groupe
Tiers-Etat

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789 né à Port-Royal (Martinique) le 13 janvier 1750, mort à Paris le 28 janvier 1819, d'une famille originaire du Poitou, il perdit son père fort jeune et, à 19 ans. se fit admettre dans les gendarmes du roi ; il étudia en même temps le droit, fut reçu avocat au parlement et, son congé terminé, revint à la Martinique où l'état de ses affaires, après la mort de sa mère, l'obligea d'aller exercer sa profession au Cap français.

Devenu, en 1780, membre du conseil supérieur colonial de Saint-Domingue, il occupa ses loisirs à recueillir des documents sur l'histoire des Antilles, et découvrit le tombeau de Christophe Colomb qu'il fit réparer.

Etant allé à Paris pour la publication de ses travaux, il fonda, avec Pilastre de Rozier, le Musée de Paris, auquel collaborèrent la plupart des publicistes de l'époque.

Président des électeurs de Paris en 1789, il harangua deux fois Louis XVI, et fut élu, à la fin de cette même année, député de la Martinique aux états généraux.

À l'Assemblée, il parla surtout sur les questions coloniales, et. en 1791 fut membre du conseil adjoint au ministère de la Justice. Hostile à la marche de la Révolution, il fut en butte à des tentatives d'assassinat, et, quelques jours avant le 10 août, il reçut une blessure assez grave qui le fit partir pour Forges en Normandie. Arrêté peu après, avec le duc de La Rochefoucauld, il ne dut son salut qu'au dévouement d'un de ses gardiens.

Il parvint à gagner les Etats-Unis, où il fonda à Philadelphie une librairie, puis une imprimerie qui servit principalement à la publication de ses ouvrages.

Revenu en France un peu avant le Consulat, il obtint l'emploi d'historiographe de la marine, grâce à la protection de l'amiral Bruix qu'il avait connu aux colonies, et fut nommé conseiller d'Etat le 4 nivôse an VIII.

Le 5e jour complémentaire de cette même année, il fut envoyé comme résident de la république à Parme, et en 1802, devint administrateur général des duchés de Parme, Plaisance et Guastalla. Mais il manqua d'ordre et de fermeté et ne sut pas réprimer la révolte de la milice de Parme qui avait refusé de se rendre au camp de Boulogne; il fut destitué en 1806 et remplacé par Junot.

Il perdit aussi sa place de conseiller d'Etat, et, comme l'administration impériale se refusait à lui rendre 40 000 francs qu'il avait dépensés à Parme, il dit à l'empereur : « Sire, je ne vous demande pas de récompenser ma probité ; je demande seulement qu'elle soit tolérée; ne craignez rien, cette maladie n'est pas contagieuse. » Il accepta ensuite une pension que lui fit l'impératrice Joséphine, qui était sa parente.

Moreau de Saint-Méry, membre de plusieurs sociétés savantes, reçut de Louis XVIII un secours de 15 000 francs.

On a de lui :
- Lois et constitutions des colonies françaises de l'Amérique sous le Vent de 1550 à 1785 (1784-1790, 6 volumes) ;
- Description topographique et politique de la partie espagnole de l'île de Saint-Domingue et Description de la partie française de l'île de Saint-Domingue (Philadelphie, 1796-1798, 4 volumes) ;
- Idée générale ou Abrégé des sciences et arts (Philadelphie, 1797).

Il a en outre publié divers mémoires et traductions et laissé d'intéressants manuscrits.


Retour haut de page