Paul, Marin, Victor Enouf

1783 - 1845

Informations générales
  • Né le 6 juin 1783 à Carentan (Manche - France)
  • Décédé le 3 février 1845 à Carentan (Manche - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 27 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Manche
Groupe
Extrème-gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 31 mai 1831
Département
Manche
Groupe
Extrème-gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Manche
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Manche
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Manche
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Manche
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1827 à 1842, né à Carentan (Manche) le 6 juin 1783 « du mariage légitime de Messire Bon Jacques François Enouf conseiller procureur du roi en l'Election de Carentan et de Dame Anne Le Véel », mort à Carentan le 3 février 1845, il était propriétaire à Saint-Pellerin.

Il entra à la Chambre sous la Restauration, le 27 novembre 1827, comme député du 1er arrondissement électoral de la Manche (Saint-Lô), élu par 176 voix sur 294 votants et 327 inscrits, contre 118 voix données à M. de Lorimier. Il siégea à l'extrême-gauche, vota avec l'opposition et fut des 221.

Réélu, le 23 juin 1830, par 210 voix sur 332 votants et 357 inscrits, contre 118 voix données à M. de Lorimier, il contribua à l'établissement du gouvernement de juillet. Aux élections du 5 juillet 1831, il fut l'élu du 2e collège de la Manche (Carentan), et son mandat lui fut renouvelé successivement : le 21 juin 1834, par 136 voix sur 233 votants et 296 inscrits, contre 62 voix données à M. Vieillard et 32 à M. de Lorimier; le 4 novembre 1837, par 148 voix sur 277 votants et 350 inscrits, contre 69 voix données à M. Sivard de Beaulieu, et 58 à M. Caillemer; le 2 mars 1839, par 179 voix sur 308 votants et 352 inscrits, contre 127 voix données à M. Sivard de Beaulieu.

M. Enouf, étant alors devenu un ministériel ardent, soutint l'hérédité de la pairie, qui, dit-on, lui avait été promise. De 1830 à 1839, il n'accomplit qu'un acte d'opposition : il vota contre la loi dite de disjonction, en compagnie de M. Thiers.

Le 9 juillet 1842, il se présenta devant le même collège. Mais il n'obtint que 41 voix contre 149 données à M. Vieillard, élu. Cet échec mit fin à sa carrière politique.

Date de mise à jour: août 2013