Adrien Artaud

1859 - 1935

Informations générales
  • Né le 26 septembre 1859 à Marseille (Bouches-du-Rhône - France)
  • Décédé le 11 septembre 1935 à Marseille (Bouches-du-Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Bouches-du-Rhône
Groupe
Entente républicaine démocratique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 26 septembre 1859, à Marseille, mort à Marseille le 11 septembre 1935.

Député des Bouches-du-Rhône de 1919 à 1924.

Issu d'une vieille famille marseillaise, Lucien Artaud se consacra au commerce colonial et à l'exportation des vins. Il fut élu en 1905 à la Chambre de commerce de Marseille et en devint le Président en 1913. Cette compagnie lui doit l'organisation de ses archives.

Il fut entre temps le créateur de l'Institut colonial de Marseille en 1906, devenu par la suite l'Institut français d'outremer, ce qui lui valut d'être nommé en 1922 Commissaire général de l'exposition coloniale de Marseille. Président du Comité de la Foire internationale et coloniale de Marseille, il le resta jusqu'à sa mort .

Il fut élu Député de la 1re circonscription des Bouches-du-Rhône aux élections générales du 16 novembre 1919, sur la liste de concentration républicaine où il figurait en 2e position .

Inscrit au groupe de l'Entente républicaine démocratique, il fut nommé membre de la Commission de l'Algérie, des colonies et des protectorats, et de la Commission du commerce et de l'industrie.

Il participa à de nombreuses discussions, notamment sur : le relèvement temporaire des tarifs de chemins de fer (1919), la création de nouvelles ressources fiscales (1920), l'impôt sur le chiffre d'affaires (1920 et 1921), l'impôt sur les bénéfices non commerciaux (1923), le régime fiscal applicable au petit commerce et à la petite industrie (1924), les ententes commerciales ou industrielles (1924).

Il ne -se représenta pas aux élections générales de 1924.

On lui doit de nombreux ouvrages, parmi lesquels on peut citer : Un armateur marseillais au XVIIIe siècle (1890); La franchise du port de Marseille (1898); La question de l'employé en France (1910); Extension du régime des entrepôts et l'admission temporaire (1911); Finances et Bon sens (1922); Exposition nationale coloniale de Marseille 1922 (1924);Introduction à la révision du régime douanier des colonies françaises (1925).

Il présenta à la Chambre de commerce de Marseille un nombre considérable de rapports traitant de questions économiques. On lui doit également quelques conférences sur les mêmes sujets.

Il fut fait Chevalier de la Légion d'Honneur en 1911, et était membre de l'académie de Marseille depuis 1919.


Retour haut de page