Auguste Girard

1864 - 1927

Informations générales
  • Né le 15 octobre 1864 à Salon (Bouches-du-Rhône - France)
  • Décédé le 24 juin 1927 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 mars 1912 au 31 mai 1914
Département
Bouches-du-Rhône
Groupe
Républicains radicaux-socialistes
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 7 décembre 1919
Département
Bouches-du-Rhône
Groupe
Parti républicain radical et radical socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Bouches-du-Rhône
Groupe
Parti radical et radical socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 24 juin 1927
Département
Bouches-du-Rhône
Groupe
Radical et radical-socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 15 octobre 1864 à Salon (Bouches-du-Rhône), mort le 24 juin 1927 à Paris.

Député des Bouches-du-Rhône de 1912 à 1927.

Négociant en huile, Auguste Girard était maire de Salon et président du Conseil général des Bouches-du-Rhône lorsqu'il fut élu, pour la première fois, député de la 2e circonscription d'Aix-en-Provence, le 24 mars 1912, par 7.342 voix contre 4.485 à Marius André, sur 12.071 votants, en remplacement de Camille Pelletan élu sénateur quelques semaines plus tôt. II conservera son siège jusqu'à sa mort.

Au renouvellement de 1914, il obtint 6.783 voix contre 5.236 au candidat socialiste Félix Gouin, sur 12.467 votants.

Les élections de 1919, qui eurent lieu au scrutin de liste avec représentation proportionnelle, le virent encore triompher dans la 2e circonscription des Bouches-du-Rhône sur la liste de concentration républicaine. Il recueillit personnellement 18.046 voix sur 36.942 votants, tandis que la liste de la S.F.I.O. de Félix Gouin ne rassemblait que 13.689 suffrages.

La consultation de 1924 lui apporta un nouveau succès. Il fut réélu sur la liste du cartel des gauches aux côtés, cette fois, de son adversaire socialiste de 1919, avec 23.875 voix sur 45.285 votants.

A la Chambre, il s'inscrivit au groupe des radicaux-socialistes et fit partie de plusieurs commissions dont celle des pensions civiles et militaires où il déploya une grande activité, comme en témoignent : ses rapports sur le projet de loi relatif à la liquidation des pensions des agents et préposés du service des douanes et de l'administration des eaux et forêts (1913) et sur les propositions de loi tendant au relèvement des taux des pensions des invalides de la marine et à une meilleure protection des inscrits maritimes contre les risques et accidents de leur profession (1920) ; sa proposition de résolution tendant au rétablissement du bénéfice de la loi de 1914 sur les allocations aux familles des militaires condamnés (1918) ; sa proposition de loi concernant la gratuité de voyage aux familles des soldats morts pour la patrie (1919).

Très attaché à son terroir, Auguste Girard fut toujours un ardent défenseur des intérêts de sa région. C'est ainsi qu'il demanda l'aménagement de l'étang de Berre en vue de son accès à la navigation maritime et qu'il obtint, avec l'appui de Maurice Barrès, la création d'une chaire de langue romane à la faculté d'Aix-Marseille (1922).

Les discussions budgétaires lui fournirent l'occasion d'aborder de nombreux sujets : primes à l'oléiculture, impôt sur le revenu, marine marchande et pêches, constructions navales.

En sa qualité de président de la commission de la comptabilité, il présenta de nombreux rapports dont un relatif à la caisse des pensions pour les anciens députés, leurs veuves et leurs orphelins. Il mourut le 24 juin 1927 à Paris, à l'âge de 63 ans.

Auguste Girard collabora à un ouvrage collectif : Un demi-siècle de civilisation française (1870-1915). Il avait été fait chevalier de la Légion d'honneur le 11 octobre 1906.

Date de mise à jour: avril 2014