Jacques, Robert Baumel

1918 - 2006

Informations générales
  • Né le 6 mars 1918 à Marseille (Bouches-du-Rhône - France)
  • Décédé le 17 février 2006 à Rueil-malmaison (Hauts-de-Seine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Moselle
Groupe
Résistance démocratique et socialiste
Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
2e Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 juin 1946 au 27 novembre 1946
Département
Creuse
Groupe
Démocratique et socialiste de la Résistance
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 12 mars 1967 au 30 mai 1968
Département
Hauts-de-Seine
Groupe
Union démocratique pour la V° République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IVe législature
Mandat
Du 30 juin 1968 au 22 juillet 1969
Département
Hauts-de-Seine
Groupe
Union des démocrates pour la République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ve législature
Mandat
Du 11 mars 1973 au 2 avril 1978
Département
Hauts-de-Seine
Groupe
Union des démocrates pour la République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
VIe législature
Mandat
Du 19 mars 1978 au 22 mai 1981
Département
Hauts-de-Seine
Groupe
Rassemblement pour la République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 14 juin 1981 au 1er avril 1986
Département
Hauts-de-Seine
Groupe
Rassemblement pour la République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 16 mars 1986 au 14 mai 1988
Département
Hauts-de-Seine
Groupe
Rassemblement pour la République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IXe législature
Mandat
Du 5 juin 1988 au 1er avril 1993
Département
Hauts-de-Seine
Groupe
Rassemblement pour la République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Xe législature
Mandat
Du 28 mars 1993 au 21 avril 1997
Département
Hauts-de-Seine
Groupe
Rassemblement pour la République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
XIe législature
Mandat
Du 1er juin 1997 au 18 juin 2002
Département
Hauts-de-Seine
Groupe
Rassemblement pour la République

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 26 avril 1959 au 3 avril 1967

Fonds d'archives

Le fonds Jacques Baumel, qui représente 2 mètres linéaires, est conservé aux Archives de l’Assemblée nationale, sous la cote 3 J. Il a été donné par Jacques Baumel en 2004. Les archives couvrent la période 1979-2002 et concernent notamment ses activités de parlementaire. Elles sont décrites dans un répertoire numérique détaillé et sont soumises à un délai de communicabilité de 30 ans.

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 6 mars 1916 à Marseille (Bouches-du-Rhône)

Membre de la Première Assemblée nationale Constituante (Moselle) et de la seconde Assemblée nationale Constituante (Creuse)

Jacques Baumel est né en 1916 à Marseille. Suivant la tradition de ses ancêtres des Cévennes et de l'Aveyron, il entreprend des études de médecine. Il est interne à Marseille lorsqu'il est mobilisé comme médecin auxiliaire en 1940. Survient l'armistice. Après avoir vainement tenté de rejoindre la France libre, Jacques Baumel prend part à la Résistance, entrant dans les organisations « Petites Ailes » et « Vérité ». Sous le nom de « Berneix », il est le responsable civil pour la région de Marseille du mouvement « Combat » d'Henri Frenay, dont il devient secrétaire politique en 1943. Lorsque les mouvements « Combat », « Franc-Tireur », « Libération » et « Résistance » se groupent en 1943 dans les M.U.R. (Mouvements Unis de Résistance), ils choisissent Jacques Baumel comme secrétaire. Après l'arrestation de Brulard, il joue un rôle actif dans la mise en place clandestine des pouvoirs en vue de la Libération. Ces activités valent à Jacques Baumel la Médaille de la Résistance, la Croix de guerre et la Croix de la Libération. Jacques Baumel est Compagnon de la Libération.

C'est tout naturellement qu'il passe de la Résistance à la vie politique. Nommé secrétaire général du M.L.N. en octobre 1945, il s'oppose avec succès, aux côtés d'Henri Frenay, de Léo Hamon, d'Eugène Claudius-Petit et d'André Philip, à sa fusion avec le Front national que préconisent les communistes. Le 25 juin 1945, il participe à la création de l'Union démocratique et socialiste de la Résistance (U.D.S.R.), qui réunit les anciens du M.L.N., de Défense de la France et de l'O.C.M.

Jacques Baumel représente « Combat » à l'Assemblée consultative provisoire depuis octobre 1944. Il participe aux travaux des commissions des Prisonniers et Déportés, de la France d'outre-mer et surtout des Affaires étrangères. Il suggère une réforme du recrutement des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères. Le 27 mars 1945, il exprime ses espoirs dans la création de l'O.N.U. où il voit - en particulier dans le Conseil économique et social où règne l'égalité des petites et des grandes nations - la promesse d'une reconstruction démocratique et libre du monde.

Le 21 octobre 1945, sa liste d'Action démocratique recueille en Moselle 63 134 suffrages sur 237 421 suffrages exprimés. Elle a deux élus, tandis que la liste d'Entente républicaine, conduite par Robert Schuman, a quatre élus avec 103 254 suffrages, et la liste communiste un élu avec 47 143 suffrages. Le nouveau député est de ceux qui, le 19 novembre 1945, demandent au général de Gaulle de reprendre les négociations avec les partis afin de former un gouvernement tripartite. Il obtient d'autre part que soit déplacé à Metz le siège de la 6e région militaire, jusque là installée à Nancy.

Chargé par le comité directeur de son parti de fonder une fédération de l'U.D.S.R. dans la Creuse, c'est dans ce département qu'il se présente aux élections à la seconde Assemblée nationale Constituante à la tête d'une liste de Rassemblement des gauches républicaines qui obtient 21 316 suffrages sur 94 441 suffrages exprimés. Jacques Baumel obtient l'un des trois sièges à pourvoir, les autres allant respectivement à la tête de liste communiste, avec 33 108 suffrages, et à la tête de liste S.F.I.O. avec 25 343 suffrages. Il sera membre de la Commission des affaires étrangères, de la Commission des pensions et de la Commission de la Constitution. Président du groupe parlementaire de l'U.D.S.R., il prend position dans le débat constitutionnel. Après avoir combattu le premier projet de Constitution, il regrette la situation diminuée du Sénat, demande un renforcement de l'exécutif ainsi que l'indépendance du pouvoir judiciaire (débat du 23 août 1946) et vote contre le projet de constitution (28 septembre). Il dénonce la représentation proportionnelle et le tripartisme. Jacques Baumel continue à veiller aux intérêts moraux des résistants, demandant de maintenir les inéligibilités pour faits de collaboration aux élections municipales et cantonales, d'intégrer les fonctionnaires nommés à la Libération dans le corps préfectoral, et de rapatrier les corps des Français tombés pour la patrie sur une terre étrangère entre 1939 et 1945.

Le 10 novembre 1946, il n'est pas réélu dans la Creuse qui envoie à l'Assemblée nationale deux députés communistes et un député socialiste. La liste du Rassemblement des gauches qu'il conduit ne recueille que 16 096 voix sur 89 065 suffrages exprimés. Dès l'hiver de 1946, Jacques Baumel entame avec Jacques Soustelle une campagne de recrutement parmi les gaullistes. Il contribue à ce que l'U.D.S.R. autorise ses membres à adhérer individuellement au R.P.F., fondé le 7 avril 1947 à Strasbourg. Adjoint de Jacques Soustelle, secrétaire général du R.P.F., il en est le délégué général pour la région parisienne en 1950 et se consacre à l'organisation professionnelle et aux groupes sociaux. Secrétaire général du groupement des patrons intéressés par la réforme des relations dans l'entreprise, il mène aussi une activité de publiciste, dirigeant notamment l'hebdomadaire Terre des hommes et le Panorama du monde et des sciences.


Retour haut de page