Léon Orsat

1849 - 1897

Informations générales
  • Né le 27 juin 1849 à Samoens (Haute-Savoie - France)
  • Décédé le 16 octobre 1897 à Ayze (Haute-Savoie - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 9 août 1891 au 14 octobre 1893
Département
Haute-Savoie
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 16 octobre 1897
Département
Haute-Savoie

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 27 juin 1849 à Samoens (Haute-Savoie), mort le 16 octobre 1897 à Ayze (Haute-Savoie).

Député de la Haute-Savoie de 1891 à 1897.

Licencié en droit, Léon Orsat entre de très bonne heure dans l'arène politique puisqu'à 20 ans, en 1869, à la fin de l'Empire, il montre ses opinions républicaines en faisant campagne contre le plébiscite et pour la candidature de Jules Favre à Bonneville.

A la chute de l'Empire, il entre dans la magistrature et est nommé substitut, mais démissionne dès 1871 ; il s'inscrit au barreau de Bonneville où, en plaidant causes politiques et procès de presse, il acquiert une certaine célébrité qui le place plusieurs fois à la tête de l'ordre.

Le bâtonnier Orsat entre au Conseil général de la Savoie où il se fait remarquer par le dépôt de plusieurs motions ou propositions.

La mort d'Albert Ducroz, le représentant de la circonscription de Bonneville, lui permet de se présenter à l'élection partielle du 9 août 1891 où il l'emporte par 6.050 voix sur 11.480 votants, contre 5.251 à Payot. Au renouvellement général de 1893, Léon Orsat fut triomphalement réélu, sans concurrent, avec 9.377 voix sur 9.492 votants. A la Chambre, où il se fait une spécialité des rapports concernant des mesures financières d'intérêt strictement local, il s'intéresse aussi à des questions concernant particulièrement sa circonscription, comme la catastrophe de Saint-Gervais en 1892 et la construction de la ligne de chemin de fer de la vallée de Chamonix. Membre du conseil académique de Chambéry et du conseil départemental de l'instruction publique de la Haute-Savoie, il intervient à propos du classement et du traitement des instituteurs.

Léon Orsat mourut le 16 octobre 1897, à l'âge de 48 ans dans sa propriété d'Ayze, près de Bonneville.