Edouard Lebas

1897 - 1975

Informations générales
  • Né le 18 novembre 1897 à Octeville (Manche - France)
  • Décédé le 4 juillet 1975 à Carteret (Manche - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 30 novembre 1958 au 9 octobre 1962
Département
Manche
Groupe
Non inscrit

Biographies

Biographie de la Ve République

LEBAS (Edouard, Augustin)
Né le 18 novembre 1897 à Octeville (Manche)
Décédé le 4 juillet 1975 à Barneville-Carteret (Manche)

Député de la Manche de 1958 à 1962

Edouard Lebas voit le jour à la fin du XIXème siècle dans la Manche, où son père est propriétaire terrien et éleveur de chevaux. Ses études secondaires le conduisent à fréquenter les lycées de Cherbourg puis de Saint-Brieuc. Il intègre les classes préparatoires au lycée Lakanal à Sceaux, dont l’internat accueille alors nombre de boursiers provinciaux. La guerre bouleverse cependant ce parcours : mobilisé le 3 novembre 1917, Edouard Lebas n’est rendu à la vie civile que deux ans plus tard. Devenu maître d’internat au lycée Lakanal, il fréquente également la faculté des lettres de Paris et réussit l’agrégation d’histoire et de géographie. Sa carrière de professeur se déroule en Normandie pour l’essentiel : au lycée Malherbe à Caen de 1925 à 1928, puis comme censeur des études au lycée de Cherbourg jusqu’en 1932. Affecté à Angers en 1932, il retrouve Caen en 1933 et y enseigne pendant douze ans.
La défaite de son pays et l’occupation par les troupes allemandes d’une partie puis de la totalité du territoire apparaissent inacceptables à Edouard Lebas. Il s’engage dans la Résistance du Calvados. Son action lui vaut d’être porté sur les listes de nouveaux préfets préparées dans la clandestinité par Michel Debré et Emile Laffon : l’objectif est d’assurer l’autorité d’une administration française dès les premières heures de la Libération et de remplacer les fonctionnaires trop compromis. Edouard Lebas est officiellement nommé préfet de la Manche le 11 juillet 1944. Un arrêté du Commissaire régional François Coulet l’installe dans ses fonctions le lendemain. Dès le 13 juillet 1944, l’ancien professeur d’histoire fait afficher la proclamation suivante dans le Cotentin libéré : « Au nom du Gouvernement provisoire de la France, au nom du général de Gaulle, je prends le pouvoir dans le département de la Manche ». Les destructions subies y sont si importantes qu’Edouard Lebas gagne le surnom de « préfet des ruines ». La préfecture, sise à Saint-Lô jusqu’au débarquement allié, doit être déplacée à Cherbourg puis à Coutances, dans les locaux de l’école normale de jeunes filles. Ce n’est qu’en septembre 1953 que les services en sont rétablis à Saint-Lô.
Même s’il entend assurer la transition politique avec Vichy sans heurt ni désordre, Edouard Lebas reste profondément marqué par les idéaux et le projet de la Résistance. Il appelle ainsi les Manchois à « vaincre leur égoïsme », à « s’aider les uns les autres » et à « punir les gros profiteurs » de la pénurie alimentaire, afin que « partout règnent la justice, la solidarité et la bonté » dans ses vœux du 1er janvier 1945. Il accueille le général de Gaulle à deux reprises dans la Manche libérée, les 20 août 1944 et 10 juin 1945. Edouard Lebas est fait chevalier de la Légion d’honneur le 1er janvier 1946. Il intègre définitivement le corps préfectoral au printemps 1946. Préfet de l’Orne de mai à juillet, il est à nouveau nommé Préfet de la Manche à l’été 1946. Il exerce cette responsabilité pendant six ans et organise la reconstruction dans son département natal. En octobre 1952, Edouard Lebas quitte la préfectorale pour devenir Inspecteur général de l’administration. Placé sous l’autorité directe du ministre de l’Intérieur, il exerce une activité de contrôle et non plus d’autorité. Le service de l’Inspection générale de l’Administration est dirigé sous la IVème République par le Compagnon de la Libération Jacques Brunschwig-Bordier.

Retour haut de page