François, Sébastien La Vieille

1830 - 1886

Informations générales
  • Né le 20 janvier 1830 à Urville-hague (Manche - France)
  • Décédé le 20 août 1886 à Panama (Panama)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Manche
Groupe
Opportuniste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Manche
Groupe
Opportuniste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1877 à 1885, né à Urville-Hague (Manche) le 20 janvier 1830, mort à Panama le 24 août 1886, il entra dans le commissariat de la marine en 1845.

Aide-commissaire (16 avril 1850), sous-commissaire (28 avril 1860), il fit les campagnes de la Baltique, de la mer Noire et de la Chine, et fut, à la guerre de 1870, intendant en chef du camp du Cotentin. La commission de révision des grades ne le maintint pas dans l'intendance, et il quitta le service avec le grade de commissaire-adjoint de la marine.

Il songea alors à aborder la vie politique, et se présenta pour la première fois, le 20 février 1876, comme candidat républicain à la Chambre des députés, dans l'arrondissement de Cherbourg : il réunit 6,861 voix contre 7,195 à l'élu M. de Tocqueville et 2,110 à M. de Germonière.

M. La Vieille fut plus heureux le 14 octobre 1877 : le même arrondissement l'élut député par 9,559 voix (17,702 votants, 21,922 inscrits), contre 7,986 au député sortant. Il prit place à gauche, opina pour l'article 7, pour l'amnistie partielle, pour l'invalidation de Blanqui, etc., parut à la tribune, avec un médiocre succès, pour reprocher au ministre de la Marine, M. Cloué, ses antécédents politiques, et fut réélu député, le 21 août 1881, par 14,089 voix (14,976 votants, 22,872 inscrits), contre 112 à M. de Touqueville. Il prit part aux principaux actes de la majorité opportuniste, et vota notamment pour les crédits de l'expédition du Tonkin, etc.

Candidat malheureux à l'élection sénatoriale dans la Manche, le 7 juin 1885, il accepta, le 16 août suivant, les fonctions de consul général à Panama, ou il mourut l'année suivante.


Retour haut de page