Hector, Alexandre Bartoli

1822 - 1883

Informations générales
  • Né le 11 mai 1822 à Sartène (Corse-du-Sud - France)
  • Décédé le 4 novembre 1883 à Sartène (Corse-du-Sud - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Corse
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 4 novembre 1883
Département
Corse
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1876, puis de 1881 à 1883, né à Sartène (Corse), le 11 mai 1822, mort à Sartène, le 4 novembre 1883, il étudia la médecine, se fit recevoir docteur en 1843, exerça avec succès sa profession à Marseille et devint professeur de pathologie interne à l'école préparatoire de médecine de cette ville.

Républicain déterminé, il débuta dans la vie politique comme candidat de l'opposition démocratique au Corps législatif, le 1er juin 1863, dans la 1re circonscription électorale de la Corse : il obtint alors 8 312 voix contre le candidat officiel, Séverin Abbatucci, qui fut élu par 15 330 suffrages.

Présentée de nouveau à toutes les élections législatives jusqu'à la fin de l'Empire, sa candidature réunit chaque fois un assez grand nombre de suffrages, mais sans triompher.

Il échoua encore le 8 février 1871.

Ce n'est qu'aux élections du 20 février 1876, que l'arrondissement de Sartène l'envoya à la Chambre des députés, par 3 137 voix (6 237 votants, 8 020 inscrits), contre 3 106 à M. Charles Abbatucci, bonapartiste. Il siégea à gauche, vota :
- pour l'amnistie,
- pour la loi nouvelle sur l'enseignement supérieur et la collation des grades,
- pour la loi nouvelle sur l'élection des maires,
- pour l'ordre du jour du 4 mai 1877 contre les menées ultramontaines.

Il fit partie des 363.

Les républicains de Sartène l'opposèrent, le 14 octobre, au candidat officiel du maréchal de Mac Mahon ; mais ce candidat, qui était son ancien concurrent, M. Ch. Abbatucci, l'emporta par 4 086 voix ; M. Bartoli n'en avait recueilli que 1 659.

Il fut plus heureux au renouvellement suivant de la Chambre. Elu le 21 août 1881, avec 3 509 suffrages (6 674 votants, 8 856 inscrits), contre MM. Ch. Abbatucci (2 214) et Train (942), il prit place à la gauche radicale, vota, le 26 janvier 1882, contre le cabinet Gambetta, c'est-à-dire pour le projet de révision intégrale de la commission, se prononça pour la proposition Boysset tendant à l'application du concordat, s'abstint (13 juin 1882) dans le scrutin sur le rétablissement du divorce, etc.

Puis, la maladie le tint éloigné du Parlement ; il dut cesser de prendre part aux travaux de la Chambre, et revenir en Corse, où il mourut.