Jean-Louis Combes-Gary

1830 -

Informations générales
  • Né le 7 février 1830 à Castres (Tarn - France)
  • Décédé à une date inconnue

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 5 mars 1876 au 25 juin 1877
Département
Tarn
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 12 janvier 1878
Département
Tarn
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 3 mars 1878 au 14 octobre 1881
Département
Tarn
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1876 à 1881, né à Castres (Tarn), le 7 février 1830, riche industriel de ce département, il remplissait, depuis 1861, les fonctions de maire de Burlats, et représentait, depuis 1863, le canton de Roquecourbe au Conseil général du Tarn, lorsqu'il se présenta comme candidat conservateur aux élections législatives de 1876.

Son principal titre politique était d'avoir, après le 4 Septembre, protesté contre la dissolution du conseil général du Tarn, prononcée par le préfet, M. Frédéric Thomas. Dans la profession de foi qu'il adressa aux électeurs de la 1re circonscription de Castres, il déclara qu'il s'occuperait avec zèle des intérêts religieux et ajouta : « Je mettrai la même énergie à repousser tout ce qui serait une atteinte à la légitime autorité du père de famille et à l'exercice de ses droits consacrés par les lois sur la liberté de l'enseignement. » Au premier tour, M. Combes-Gary n'obtint que 7,065 voix contre 4,800,données à M. Alquier-Bouffard et 4,587 à M. Frédéric Thomas, républicain. Au second tour, M. F. Thomas, sur qui s'étaient reportées les voix de M. Alquier obtint 7,841 voix, mais M. Combes-Gary fut élu par 8,263 suffrages. Il siégea à droite, et vota avec les monarchistes pour le gouvernement du Seize-Mai et contre les 363.

Candidat officiel aux élections du 14 octobre 1877, il fut proclamé réélu par 9,876 voix (17,320 votants, 20,838 inscrits), contre 7,348 au candidat républicain, M. Charles Simon.

Mais l'invalidation de l'élection ayant été prononcée par la majorité de la Chambre, les électeurs furent convoqués à nouveau le 3 mars 1878; ils confirmèrent le mandat de M. Combes-Gary, par 8,806 voix (16,336 votants, 20,660 inscrits), contre 7,444 à M. Ch. Simon. M. Combes-Gary vota, jusqu'à la fin de la législature, avec la minorité conservatrice :

- contre les ministères Dufaure et Jules Ferry,
- contre l'amnistie,
- contre l'article 7,
- contre l'application des lois aux congrégations non-autorisées,
- contre la proposition tendant au rétablissement du divorce,
- contre la liberté de la presse et la liberté de réunion, etc.

Il ne fit pas partie d'autres législatures.


Retour haut de page