Pierre, Marie, Henri Rodat

1808 - 1875

Informations générales
  • Né le 14 février 1808 à Sainte-radegonde (olemps) (Aveyron - France)
  • Décédé le 29 mars 1875 à La salvetat-peyrales (Aveyron - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Aveyron
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 28 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Aveyron

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848 et en 1849, né à Sainte-Radegonde (Ayeyron) le 14 février 1808, mort à La-Salvetat-Peyrales (Aveyron) le 29 mars 1875, fils de Rodat d'Olemps (P. A. A.) (Voy. ce nom), il étudia le droit et fut reçu avocat.

Il entra dans la magistrature, et fut nommé (1833) substitut du procureur du roi à Espalion. L'année suivante, il passa à Rodez en la même qualité, et donna sa démission en 1841, pour se faire inscrire au barreau et faire librement de l'opposition au gouvernement de juillet.

Elu, le 23 avril 1848, représentant de l'Aveyron à l'Assemblée constituante, le 5e sur 10, par 38,437 voix (90,119 votants, 105,448 inscrits), il fit partie du comité de la justice, et vota avec la droite:

- pour le rétablissement du cautionnement,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- pour le rétablissement de la contrainte par corps,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'amendement Grévy,
- contre le droit au travail,
- pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac,
- pour la proposition Rateau,
- contre l'amnistie,
- contre l'abolition de l'impôt des boissons.

Réélu, le 13 mai 1849, représentant du même département à l'Assemblée législative, le 1er sur 8, par 45,085 voix (79,850 votants, 112,514 inscrits), il suivit la même ligne politique que précédemment, appuya l'expédition de Rome et toutes les lois répressives qui eurent l'agrément de la majorité, et se sépara de la politique particulière de l'Elysée lorsque le président entra en lutte contre la majorité de l’Assemblée.

Sous l'Empire, il se présenta, le 23 mai 1869, comme candidat indépendant, dans la 1re circonscription de l'Aveyron, et réunit 10,294 voix contre 20,273 à l'élu officiel, M. Girou de Buzareingues. Depuis 1851, il avait repris sa place au barreau de Rodez.

Date de mise à jour: novembre 2015


Retour haut de page