Louis Denis

1799 - 1878

Informations générales
  • Né le 26 octobre 1799 à Plérin (Côtes d'Armor - France)
  • Décédé le 18 avril 1878 à Saint-brieuc (Côtes d'Armor - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Côtes-du-Nord
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848 et en 1849, né à Plérin (Côtes-du-Nord) le 26 octobre 1799, mort à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord) le 18 avril 1878, il fit de brillantes études au collège de Saint-Brieuc, puis à Paris; sa famille le destinait au commerce maritime; il s'établit armateur à Saint-Brieuc.

Il était maire de Plérin, lorsqu'il fut élu, le 24 avril 1848, représentant des Côtes-du-Nord à l'Assemblée constituante, le 10e sur 16, par 70,927 voix sur 144,377 votants et 167,673 inscrits ; il siégea à droite, fit partie du comité de la marine, et vota:

- contre le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour la loi sur les attroupements,
- pour le décret sur les clubs,
- contre la proposition Proudhon,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- pour l'amendement Grévy sur la présidence,
- contre le droit au travail,
- pour l'ordre du jour de félicitations au général Cavaignac,
- pour la réduction de l'impôt du sel,
- pour la proposition Rateau,
- pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la Haute Cour,
- contre l'amnistie générale,
- contre l'amnistie des transportés,
- contre l'abolition de l'impôt des boissons;

Il avait été absent par congé du 5 mars au 21 avril 1849.

Réélu par le même département à l'Assemblée législative, le 13 mai 1849, le 4e sur 13, avec 73,756 voix sur 110,201 votants et 164,242 inscrits, il reprit sa place à droite et se montra constamment hostile à la politique personnelle du prince-président.
Aux élections du 29 février 1852, il se présenta comme candidat d'opposition au Corps législatif, dans la 1re circonscription des Côtes-du-Nord; il échoua avec 7,038 voix contre 16,505 données au candidat officiel élu, M. Thieullen. Il rentra alors dans la vie privée. Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 14 août 1862.

Date de mise à jour: mars 2016