Jean-François Denjoy

1814 - 1860

Informations générales
  • Né le 16 juin 1814 à Lectoure (Gironde - France)
  • Décédé le 5 septembre 1860 à Bordeaux (Gironde - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Gironde
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Gironde
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple aux Assemblées constituante et législative de 1848-1849, né à Lectoure (Gers), le 16 juin 1814, mort à Bordeaux (Gironde), le 5 septembre 1860, il fit son droit à Paris, se battit sur les barricades en 1830, se fit recevoir avocat, et fut nommé inspecteur primaire dans le Gers (1833).

Il donna sa démission en 1836, se fit inscrire au barreau d'Auch, et, ayant acquis une certaine réputation, fut nommé sous-préfet de Loudéac (1844) puis de Lesparre (1847).

Démissionnaire à la chute de la monarchie de juillet (24 février 1848), il fut élu, le 23 avril 1848, représentant de la Gironde à l'Assemblée constituante, le 8e sur 15, par 73,562 voix sur 146,606 votants. Il siégea à droite et vota:

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- contre les attroupements,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'amendement Grévy sur la présidence,
- contre le droit au travail,
- contre la réduction de l'impôt du sel,
- pour la proposition Rateau,
- pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la Haute-cour,
- contre l'amnistie générale,
- pour l'interdiction des clubs,
- contre l'amnistie des transportés,
- contre le blâme de la dépêche Léon Faucher,
- contre la mise en accusation du président et de ses ministres.

Conseiller général de la Gironde (1848-1860), il fut réélu, le 13 mai 1849, par le même département, à l'Assemblée législative, le 6e sur 13, par 71,753 voix sur 125,001 votants et 179,161 inscrits ; il fit partie du comité de la rue de Poitiers, vota pour l'expédition romaine, pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, pour la loi restrictive du suffrage universel (31 mai 1850), et soutint la politique de l'Elysée.

Après le coup d'Etat du 2 décembre, il entra au conseil d'Etat renouvelé, et y siégea dans la section de l'intérieur jusqu'à sa mort. Officier de la Légion d'honneur, du 6 août 1860.

Date de mise à jour: décembre 2015


Retour haut de page