Philippe Higonet

1782 - 1859

Informations générales
  • Né le 5 mai 1782 à Saint-geniez-d’olt (Cantal - France)
  • Décédé le 12 février 1859 à Aurillac (Cantal - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Cantal
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 12 août 1830
Département
Cantal
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1827 à 1830, né à Saint-Geniez-d'Olt (Aveyron) le 5 mai 1782, mort au château de Veyrac, commune d'Aurillac (Cantal) le 12 février 1859, il s'engagea en 1803 au 4e régiment d'infanterie légère, assista à toutes les grandes batailles de l'empire, fut blessé à Austerlitz et à Iéna, eut un pied gelé en Russie, se signala au siège d'Hambourg et reçut un coup de lance à Mont-Saint-Jean.

Chevalier de la Légion d'honneur après Iéna, il avait été promu colonel le 1er mars 1814, et créé baron de l'Empire. En 1816, il commanda la légion du Cantal et reçut la croix d'officier. Colonel de cette légion, devenue le 9e de ligne en 1820, il fit la campagne d'Espagne en 1823, fut nommé maréchal-de-camp, commanda la brigade de blocus de Saint-Sébastien, et, à la fin de la guerre, reçut la cravate de commandeur de la Légion d'honneur.

Président du collège électoral du Cantal, il fut élu député dans le 1er arrondissement de ce département (Aurillac), le 17 novembre 1827, par 233 voix (303 votants, 371 inscrits), contre 64 à M. Delolm de Lalaubie, et fit, à la Chambre, un rapport sur le traitement des officiers en demi-solde. Commandant (1828) d'une brigade à l'armée expéditionnaire de Morée, il se distingua à Navarin et fut promu commandeur de Saint-Louis.

Réélu député le 23 juin 1830, par 201 voix (333 votants, 378 inscrits), contre 96 à M. Parra, et 35 à M. Salvage, il donna sa démission après les événements de juillet, par la lettre suivante: « Paris, 12 août 1830.
« Monsieur le président, « Arrivé aujourd'hui à Paris, je m'empresse d'avoir l'honneur de vous informer que ma conscience m'oblige à donner ma démission de député du Cantal; je vous prie de la faire agréer à la Chambre, et de l'informer en même temps que je fais les vœux les plus ardents pour le bonheur des Français et pour la prospérité de notre chère patrie.
« J'ai l'honneur d'être, etc.
« Le baron HIGONET. »
Il fut mis dans le cadre de disponibilité, se retira à Aurillac, où il s'occupa exclusivement d'agriculture, et devint président de la Société d'agriculture du Cantal. Le 30 mai 1848, il fut admis à la retraite comme général de brigade.