Louis Leroy de la Potherie

1762 - 1847

Informations générales
  • Né le 22 avril 1762 à Angers (Maine-et-Loire - France)
  • Décédé le 18 janvier 1847 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 6 mars 1824 au 5 novembre 1827
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Ultras
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 24 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Ultras
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 19 juillet 1830 au 13 août 1830
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Ultras

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1824 à 1831, né à Angers (Maine-et-Loire) le 22 avril 1762, mort à Paris le 18 janvier 1847, il était officier d'infanterie en 1789; il fut décoré de la croix de Saint-Louis en 1790 pour sa conduite pendant l'insurrection militaire de Nancy.

Il émigra peu après, et rejoignit l'armée des princes où il servit durant les campagnes de 1792 à 1795. Rentré en France en 1801, il resta sans emploi jusqu'en 1814, prit les armes pendant les Cent Jours en Vendée, et, sous la première Restauration, devint (1815) colonel du 4e régiment d'infanterie de la garde royale. Après avoir fait la campagne d'Espagne en 1823, il reçut le brevet de maréchal de camp.

Le 6 mars 1824, le collège de département de Maine-et-Loire l'élut député par 174 voix (322 votants, 383 inscrits), contre 113 à M. de la Blanchaye, 57 à M. Gautret, 45 à M. Eugène de Beaumont, 23 à M. Pilastre et 13 à M. Bodin. Il siégea silencieusement dans la majorité ultra-royaliste, et fut réélu, le 24 novembre 1827, par 174 voix (291 votants, 333 inscrits), contre 89 à M. Eugène de Beaumont. Il reprit sa place à l'extrême droite, vota pour le ministère Polignac, et vit son mandat renouvelé, le 19 juillet 1830, par 201 voix (354 votants, 387 inscrits).

II refusa de prêter serment au gouvernement issu de la révolution de juillet, dans les termes suivants: « Paris 9 août 1830.
« Monsieur le président,

« Ayant été nommé, pour la troisième fois, membre de la Chambre des députés, pour y défendre la Charte contre toute agression, et m'étant trouvé dans l'impossibilité de me rendre à l'ouverture de la session, où elle a éprouvé de si étonnants changements, je crois mon mandat fini, et j'ai l'honneur de vous envoyer ma démission, que je vous prie de faire agréer à la Chambre.
« J'ai l'honneur, etc.
« Comte de la POTHERIE. »
Il fut mis à la retraite, comme maréchal de camp, le 3 juin 1832.