Pierre Dubois-Maurin

1735 - 1801

Informations générales
  • Né le 22 janvier 1735 à Jaujac (Ardèche - France)
  • Décédé le 6 décembre 1801 à Jaujac (Ardèche - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 5 mai 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Villeneuve-de-Berg (Type : Sénéchaussée)

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789, né à Jaujac (Ardèche) le 22 janvier 1735, mort à Jaujac le 6 décembre 1801, il était fils de Pierre Dubois-Maurin, notaire à Jaujac au commencement du XVIIIe siècle.

Dubois-Maurin fut reçu avocat au Parlement, puis conseiller du roi au bailliage et siège royal de Villeneuve-de-Berg, en janvier 1770. Il était doyen des conseillers de la sénéchaussée de Villeneuve-de-Berg, quand il fut élu, le 5 avril 1789, député du tiers aux Etats-Généraux par la sénéchaussée de Villeneuve-de-Berg.

Il ne joua aucun rôle marquant dans l'Assemblée, où il parait s'être occupé surtout des intérêts de sa sénéchaussée. Villeneuve-de-Berg avait alors à redouter la rivalité de Privas et d'Aubenas, qui voulaient respectivement, à ses dépens, devenir le siège d'une cour royale. Dubois-Maurin défendit auprès du pouvoir la sénéchaussée de Villeneuve-de-Berg à la veille du mouvement qui devait faire disparaître les sénéchaussées et les bailliages. Son nom reste attaché à un fait important. Avec Boissy d'Anglas, son collègue et son ami, il fit partie de la délégation des cent députés qui accompagnèrent le roi dans son voyage à Paris le 16 juillet 1789, et qui vinrent, avec le monarque, consacrer par leur présence la révolution que la capitale avait accomplie l'avant-veille par la prise de la Bastille.

Quand l'Assemblée constituante se fut séparée, Dubois-Maurin fut, par arrêté du conseil général d'administration du département de l'Ardèche, nommé maire de Villeneuve-de-Berg. Il siégea ensuite comme juge du district du Coiron au tribunal criminel du département. Puis il se retira à Jaujac, son pays natal, dont il fut maire jusqu'à sa mort. Il s'était marié en 1789 avec Mlle Marianne Saboul de Beaufort. Dubois-Maurin a laissé un nom dans les fastes de l'industrie de la soie. Il a été le promoteur de la fabrication de la soie dans le Bas-Vivarais.