Junyen Corderoy

1849 - 1933

Informations générales
  • Né le 30 mars 1849 à Availles-limousine (Vienne - France)
  • Décédé le 14 décembre 1933 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 10 février 1901 au 31 mai 1902
Département
Vienne
Groupe
Union démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1902 au 31 mai 1906
Département
Vienne
Groupe
Union démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 20 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Vienne
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 30 mars 1849 à Availles-Limousine (Vienne), mort le 14 décembre 1933 à Paris-16e.

Député de la Vienne de 1901 à 1910.

Après avoir fait ses études de droit, Junyen Corderoy entra dans l'administration préfectorale, en qualité de conseiller de préfecture, puis il démissionna pour entrer au barreau. Propriétaire à Millac (Vienne) il en devint maire en 1877 et fut conseiller général du canton de l'Isle-en-Jourdain de 1886 à 1919.

Une élection législative partielle ayant eu lieu le 27 janvier 1901 pour pourvoir au remplacement de M. Marc Demarçay élu sénateur le 16 septembre 1900 et démissionnaire de son mandat de député le 12 novembre suivant, Junyen Corderoy emporta le siège au deuxième tour de scrutin, par 8.505 voix contre 7.478 à M. Paul Millet, sur 17.204 votants (circonscription de Montmorillon).

Inscrit au groupe de l'Union démocratique, il siégea dans diverses commissions spéciales.

Réélu aux élections générales des 27 avril et 11 mai 1902 dans la même circonscription, au deuxième tour de scrutin, par 9.180 voix contre 7.852 à M. Paul Millet, sur 17.204 votants, il appartint à la Commission du commerce et de l'industrie, et déposa une proposition de loi tendant à indemniser les victimes de la grêle dans l'arrondissement de Montmorillon (1905).

Il retrouva son siège aux élections générales des 6 et 20 mai 1906, et entra à la Commission de la crise viticole. Auteur d'un rapport sur une validation d'élection (1909), il n'aborda jamais la tribune.

II ne se représenta pas aux élections générales des 24 avril et 8 mai 1910 pour se consacrer à ses mandats locaux.

Il mourut à Paris le 14 décembre 1933, à l'âge de 84 ans.

Il était Chevalier du Mérite agricole.