Jules Galot

1839 - 1908

Informations générales
  • Né le 15 février 1839 à Le havre (Seine-Inférieure - France)
  • Décédé le 10 septembre 1908 à Sainte-marie-de-pornic (Loire-Atlantique - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Action libérale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 31 mai 1906
Département
Loire-Inférieure
Groupe
Action libérale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 15 février 1839 au Havre (Seine-Inférieure), mort le 10 septembre 1908 à Sainte-Marie (Loire-Inférieure).

Député de la Loire-Inférieure de 1898 à 1906.

Après avoir fait ses études classiques au lycée de Nantes, Jules Galot entra au ministère des Finances, dans la section des douanes, en 1859.

En 1869, vérificateur de première classe, il donna sa démission pour entrer dans les affaires maritimes et coloniales.

Conseiller municipal de la commune des Moutiers-en-Retz en 1875, il devint maire de cette commune en 1878, puis fut élu en 1880 conseiller d'arrondissement pour le canton de Bourgneuf-en-Retz.

Devenu maire de la commune de Sainte-Marie en 1884, puis conseiller général du canton de Pornic, il se présenta aux élections générales législatives de 1898, dans la circonscription de Paimbœuf et fut élu député au premier tour de scrutin, le 8 mai, par 7.547 voix, sur 11.528 votants et 14.342 inscrits, contre 3.873 voix à son concurrent M. Etiennez, maire de Nantes, en remplacement du comte de Juigné, député sortant non candidat.

Conservateur libéral et indépendant, partisan de la liberté religieuse, du privilège des bouilleurs de cru et protectionniste, il s'inscrivit au groupe de l'action libérale.

Il s'est prononcé pour la suppression des sinécures et emplois inutiles, pour la réduction du service militaire, la diminution des frais de justice, le maintien du privilège des bouilleurs de cru, la protection de l'agriculture et de l'industrie nationales.

Il fut membre des commissions de l'agriculture et des douanes et refusa sa confiance au ministère présidé par Waldeck-Rousseau.

Il fut réélu, au premier tour de scrutin, le 27 avril 1902, par 7.127 voix sur 11.378 votants et 14.759 inscrits, contre 4.021 voix à M. Cellérier.

Il obtint l'amélioration du taux des salaires des ouvriers des arsenaux de la marine et vota la réduction du service militaire à deux ans.

Il ne se représenta pas en 1906. Il fut remplacé par le marquis de Juigné. Armateur, négociant, administrateur de la compagnie des charbons et briquettes de Blanzy-Ouest, vice-président de la compagnie nantaise de navigation à vapeur membre du comité d'escompte du comptoir national d'escompte, Jules Galot était officier du Nichan-Iftikar et chevalier de l'ordre de la Couronne d'Italie.

Il mourut à Sainte-Marie (Loire-Inférieure) le 10 septembre 1908 ; il avait 69 ans.