Ernest, Auguste Monfeuillart

1853 - 1934

Informations générales
  • Né le 9 mai 1853 à Selles (Marne - France)
  • Décédé le 1er décembre 1934 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 22 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Marne
Groupe
Gauche démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 11 janvier 1906
Département
Marne
Groupe
Gauche démocratique

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1906 au 1er janvier 1933

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 9 mai 1853 à Selles (Marne), mort le 30 novembre 1934 à Paris VIIe .

Député de la Marne de 1898 à 1906.
Sénateur de la Marne de 1906 à 1933.

Propriétaire-agriculteur, Monfeuillart devient successivement maire de Selles, puis conseiller général du canton de Beine-Nauroy.

Lors du renouvellement de la Chambre des députés en 1898, il se présente dans la 3e circonscription de Reims comme candidat républicain radical. Il est élu au second tour, le 22 mai 1898, par 7.104 voix contre 2.798 à de Boham, conservateur ; au premier tour il avait recueilli 5.555 suffrages contre 3.761 à Lhotelain, républicain, 1.498 à de Boham et 569 à Argyriadès, socialiste. Il sera réélu le 27 avril 1902 par 5.993 voix contre 4.840 à Bertrand.

A la Chambre des députés, Monfeuillart fait essentiellement partie de la commission des douanes et rapporte en son nom plusieurs projets et propositions de loi. Son appartenance à la gauche démocratique radicale et radicale-socialiste le fait, en 1905, voter en faveur du projet de loi de séparation des Eglises et de l'Etat.

Lors du renouvellement partiel du Sénat qui a lieu le 7 janvier 1906, Monfeuillart présente sa candidature. Il est élu au premier tour, par 581 voix sur 987 votants. Il sera régulièrement réélu, également au premier tour, le 11 janvier 1920 par 656 voix sur 966 votants et le 6 janvier 1924 par 816 voix sur 962 votants.

Au sein de la Haute Assemblée, il fait partie des commissions des douanes et conventions commerciales, des départements libérés de l'invasion, de réparation des dommages de guerre et, surtout, de la commission de l'agriculture.

N'aimant pas à se mettre en valeur, il intervient peu en séance publique, préférant présenter l'essentiel de ses observations lors des réunions des commissions. C'est en leur sein qu'il défendra avec efficacité les intérêts de ses mandants.

Estimant sa carrière parlementaire bien remplie - près de huit années à la Chambre des députés et vingt-sept années au Palais du Luxembourg - il ne se présente pas lors du renouvellement du Sénat le 16 octobre 1932. Il décédera moins de deux ans plus tard, le 1er décembre 1934, à Paris, à 81 ans.

Il était chevalier de la Légion d'honneur et officier du Mérite agricole.