Humbert Grange

1830 - 1889

Informations générales
  • Né le 8 mai 1830 à Randens (Savoie - France)
  • Décédé le 16 mai 1889 à Randens (Savoie - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 7 janvier 1872 au 7 mars 1876
Département
Savoie
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, né à Randens (Savoie) le 8 mai 1830, mort à Randens le 16 mai 1889, ancien député de la Savoie à la Chambre italienne, il était maître de forges à Randens et propriétaire de hauts fourneaux à Aiguebelle. Après l'annexion, il se présenta comme candidat d'opposition au Corps législatif dans la 2e circonscription de la Savoie, aux élections du 1er juin 1863, mais n'obtint que 1 692 voix contre 20 237 à l'élu, candidat officiel, M. Palluel.

Le 7 janvier 1872, le département de la Savoie l'élut représentant à l'Assemblée nationale, par 21 527 voix sur 42 293 votants et 69 975 inscrits, contre 20 427 voix à M. Jacquemond, républicain, en remplacement de M. Viallet, décédé. Dans sa circulaire aux électeurs, il se déclarait partisan de l' « essai loyal » et annonçait que tous ses efforts tendraient à le faciliter. Sa candidature fut chaudement appuyée par l'archevêque de Chambéry qui, dans une lettre pastorale, menaça de péché grave ceux qui ne voteraient pas pour lui.

Il prit place à droite et vota :

- contre le retour à Paris,
- pour l'ordre du jour Ernoul (24 mai),
- pour la démission de M. Thiers,
- pour la prorogation des pouvoirs du Maréchal,
- pour l'état de siège,
- pour la loi des maires,
- pour le ministère de Broglie,
- contre la dissolution,
- contre la proposition du centre gauche,
- contre l'amendement Wallon,
- contre les lois constitutionnelles.

Le 20 février 1876, il échoua dans l'arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, avec 4 284 voix contre 5 595 au républicain élu, M. Horteur, et, le 14 octobre 1877, après la dissolution de la Chambre, il ne fut pas plus heureux dans le même arrondissement, et n'obtint que 5 037 voix contre 5 785 au député sortant, M. Horteur, un des 363, réélu.

Porté sur la liste conservatrice de la Savoie, le 4 octobre 1885, il échoua encore avec 23 556 voix sur 53 829 votants. M. Grange, en mai 1889, se jeta dans l'Are, près d'Aiguebelle, et s'y noya ; ce suicide fut attribué à un accès d'aliénation mentale.

Date de mise à jour: juillet 2017