Elizabeth, Pierre de Montesquiou-Fezensac

1764 - 1834

Informations générales
  • Né le 30 septembre 1764 à Paris ( - France)
  • Décédé le 4 août 1834 à Bessé-sur-braye (Sarthe - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Présidence(s)

Présidence de l'Assemblée nationale
du 24 janvier 1810 au 23 novembre 1813

Mandat(s)

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 24 septembre 1805 au 4 juin 1814
Département
Nord

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de l'an XIV à 1813, membre du Sénat conservateur, pair en 1814, pair des Cent-Jours et pair de France, né à Paris le 30 septembre 1764, mort à Bessé-sur-Braye (Sarthe) le 4 août 1834, « fils du très haut et très puissant seigneur, Monseigneur Anne-Pierre, marquis de Mentesquiou, baron de Montesquiou, seigneur de Dozan, Monperthuis, colonel du régiment royal des vaisseaux, et gentilhomme de la maison du duc de Berry, et de très haute et très puissante dame, Madame Jeanne-Marie Hocquart », il embrassa la carrière des armes, devint sous-lieutenant aux dragons du Dauphin en 1779, lieutenant en 1781, et obtint la charge, en survivance de son pare, de premier écuyer du comte de Provence. Il resta en dehors des affaires politiques pendant la Révolution.

En 1804, il assista au couronnement de l'empereur comme président de canton. Sans hostilité contre le pouvoir nouveau, il fut choisi, le 2 vendémiaire an XIV, par le Sénat conservateur, comme député du Nord au Corps législatif, et fut réélu, le 8 mai 1811. Il y présida, en 1808, la commission des finances, et succéda à Fontanes, nommé sénateur, comme président du Corps législatif, en 1810, 1811 et 1813.

Président du collège électoral du Nord en 1811, candidat au Sénat conservateur dans le département de Seine-et-Marne, il devint membre du Sénat le 5 avril 1813.

Maire de Saints (Seine-et-Marne) le 29 janvier 1809, il avait été créé comte de l'Empire le 11 février de la même année, et nommé grand chambellan de France, en 1810, à la place de Talleyrand.

À la première Restauration, Louis XVIII l'appela à la Chambre des pairs, le 4 juin 1814, le nomma chevalier de Saint-Louis et aide-major général de la garde nationale de Paris.

Aux Cent-Jours, M. de Montesquiou reprit auprès de l'Empereur ses fonctions de chambellan, et devint pair des Cent-Jours, le 2 juin 1815.

Au retour de Gand, il resta quelque temps sans emploi ; mais Louis XVIII le rappela à la Chambre des pairs le 5 mars 1819. Il ne s'y fit pas remarquer, et fut ensuite ministre de France à Dresde.