Gabriel, Charles Calemard de Lafayette

1815 - 1901

Informations générales
  • Né le 9 avril 1815 à Le puy (Haute-Loire - France)
  • Décédé le 5 avril 1901 à Le puy (Haute-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Haute-Loire
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Fils de Pierre Calemard qui fut député sous Louis-Philippe et de Félicie Peyronnet-Peghoux, représentant à l'Assemblée nationale de 1871, né au Puy (Haute-Loire), le 9 avril 1815, il s'occupa tour à tour de poésie et d'agriculture.

Parmi ses travaux littéraires, on peut citer : une étude sur Dante, Michel Ange, Machiavel (1852), le Poème des champs (1861), et divers ouvrages consacrés à la vulgarisation de la science agricole : Petit Pierre (1859), la Prime d'honneur (1866), l'Agriculture progressive mise à la portée de tout le monde (1867), etc.

Il collabora à un certain nombre de journaux et de revues, présida la Société académique de sa ville natale, puis le congrès des sociétés savantes, et devint, le 8 février 1871, représentant à l'Assemblée nationale, le 4e sur 6, par 32,801 voix (48,379 votants, 84,079 inscrits). Il prit place au centre, vota:

- pour la paix,
- pour les prières publiques,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- pour le septennat,
- pour l'état de siège,
- pour la loi des maires
- et pour le ministère de Broglie.

Il s'abstint lors de la démission de Thiers, le 24 mai, et sur l'approbation de la circulaire Pascal et de l'arrêté relatif aux enterrements civils. M. Calemard de Lafayette se prononça contre la Constitution de 1875.

Conseiller général de la Haute-Loire pour le canton de Paulhaguet, il se représenta, le 20 février 1876, devant les électeurs de la 2e circonscription du Puy, et échoua, comme candidat conservateur, avec 5,924 voix contre M. Vissaguet, républicain, élu par 7,666 suffrages.