Henri, Ferdinand, Joseph Calvet-Rogniat

1853 - 1915

Informations générales
  • Né le 12 novembre 1853 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 31 août 1915 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Aveyron
Groupe
Union des Droites

Biographies

Fils de Pierre Calvet-Rogniat qui avait siégé au Corps législatif, député de 1885 à 1889, né à Paris, le 12 novembre 1853, il était conseiller général de l'Aveyron pour le canton de Pont-de-Salars, et avait dans le département de l'Eure des intérêts industriels considérables qu'il avait hérités de son père, lorsque, après une première tentative infructueuse aux élections législatives de 1881, dans l'arrondissement de Millau, il se présenta et fut élu député de l'Aveyron, le 4 octobre 1885, le 3e sur 6, par 53,116 voix (94,179 votants, 118,271 inscrits).

M. Calvet-Rogniat n'avait alors, personnellement, aucun antécédent politique : appartenant, par sa famille, à la fraction impérialiste du parti conservateur, il s'était, d'autre part, rapproché de la société orléaniste par son mariage avec la petite-fille de M. Cuvillier-Fleury, de l'Académie française, ancien précepteur du duc d'Aumale. M. Calvet-Rogniat a pris place à droite, et a voté avec les conservateurs monarchistes: contre les divers ministères de gauche, contre la loi sur l'enseignement primaire, etc. Il s'est prononcé, dans la dernière session,

- contre le rétablissement du scrutin uninominal (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution (14 février, chute du ministère Floquet),
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes (14 mars),
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse (2 avril),
- contre les poursuites contre le général Boulanger (4 avril).


Né le 12 novembre 1853 à Paris, mort le 31 août 1915 à Paris.

Député de l'Aveyron de 1885 à 1889. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. 1, p. 556).

Il ne se représenta pas aux élections générales des 22 septembre et 6 octobre 1889 et se fixa à Paris où il mourut le 31 août 1915, à 62 ans.