Jean, Thomas, Lambert Bassenge

1767 - 1821

Informations générales
  • Né le 30 juillet 1767 à Liège (Belgique)
  • Décédé le 1er juillet 1821 à Epinal (Vosges - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 10 décembre 1803 au 1er juillet 1811
Département
Départements de l'Empire français aujourd'hui en Belgique
Groupe
Bonapartiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Frère de Jean Nicolas Bassenge qui avait siégé au Conseil des Cinq-Cents, député au Corps législatif du premier Empire, né à Liège (Belgique), le 30 juillet 1767, mort à Epinal (Vosges) le 16 mai 1821, il embrassa, comme son frère aîné, les principes de la Révolution, et s'enrôla dans un corps de volontaires qui s'était formé pour défendre contre l'armée des princes le territoire national.

Exilé à Cologne, il fit ensuite partie du conseil municipal élu en janvier 1793, puis de l'Assemblée provinciale provisoire. Après les désastres éprouvés par Dumouriez et l'évacuation de Liège par les Français, il se rendit à Paris, ainsi que plusieurs de ses compatriotes, et partit comme volontaire pour la Vendée; il en revint quelque temps avant la bataille de Fleurus. L'année suivante, il eut un différend avec le comité de surveillance de Liège à propos d'une lettre de son frère contre le maintien du maximum et la contribution d'un million de livres en numéraire. Les détails de l'interrogatoire qu'il subit nous apprennent qu'il était alors attaché à l'armée du Nord en qualité de chef de division des transports militaires.

Fondateur du Courrier du département de l'Ourthe, il lutta d'abord dans cette feuille contre la réaction thermidorienne; mais en décembre 1795, il accepta un siège dans le conseil municipal institué alors, puis se rallia à Bonaparte, et, après avoir été (1802) sous-préfet de Malmédy, fut, le 18 frimaire an XII (1804), nommé par le Sénat conservateur député au Corps législatif pour le département de l'Ourthe. Son mandat lui fut renouvelé le 2 mai 1809; il le remplit jusqu'en 1811.

Revenu dans son pays à cette époque, il occupa dans l'administration des tabacs un poste assez élevé, garda cet emploi après 1814, quand le traité de Paris eut enlevé la Belgique à la France, et termina son existence dans le département des Vosges.

Date de mise à jour: mars 2018