Jean-François Gendebien

1753 - 1838

Informations générales
  • Né le 21 février 1753 à Givet (Ardennes - France)
  • Décédé le 4 mars 1838 à Mons (Belgique)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 19 novembre 1803 au 4 juin 1814
Département
Départements de l'Empire français aujourd'hui en Belgique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de l'au XII à 1813, né à Givet (Ardennos) le 21 février 1753, mort à Mons (Belgique) le 4 mars 1838, fils de M. Jean-Joseph Gendebien, avocat, greffier de la prévôté royale d'Agimont, et de demoiselle Marie-Louise Sébastien, il se destina de bonne heure au barreau, et, après de brillantes études à Liège, à Louvain, à Vienne et à Paris, il vint se fixer à Mons en qualité d'avocat au conseil souverain du Hainaut (1779). Plus tard il fut pensionnaire de la ville et attaché à la direction des affaires de la maison d'Arenberg.

Nommé, en 1784, greffier échevinal du magistrat de Mons, il se vit destituer par le gouvernement autrichien, qui le retint même quelque temps comme otage à Bruxelles. La révolution brabançonne rendit Gondebien à la liberté et lui valut d'être appelé par les Etats du Hainaut au congrès des provinces belgiques unies (1790). Il présida souvent cette assemblée. Gendebien fut un des membres de la commission chargée de négocier à la Haye la réconciliation avec l'Autriche.

Devenu, sous la domination française, membre du conseil général du département de Jemmapes, il fut élu, après le 18 brumaire, par le Sénat conservateur (27 brumaire an XII) député de ce département au Corps législatif impérial, obtint le renouvellement de ce mandat le 2 mai 1809 et siégea jusqu'en 1813. Il prit une part assez importante à la rédaction de la loi de 1810 sur les mines.

Chevalier de la Légion d'honneur.