Justin Chabert

1841 - 1907

Informations générales
  • Né le 22 mars 1841 à Gleizé (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 16 octobre 1907 à Lyon (Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 11 mars 1900 au 31 mai 1902
Département
Rhône
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 31 mai 1906
Département
Rhône
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 16 octobre 1907
Département
Rhône
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 22 mars 1841 à Gleizé (Rhône), mort le 16 octobre 1907 à Lyon (2e), Député du Rhône de 1900 à 1907.

Négociant, maire de Gleizé, conseiller d'arrondissement, Justin Chabert se présenta à l'élection partielle du 11 mars 1900 et fut élu au premier tour de scrutin par 7.461 voix contre 5.852 à M. Moreau, son principal adversaire. Il remplaçait au siège de député de la première circonscription de Villefranche, M. Louis Million, élu sénateur le 9 juillet 1899 et démissionnaire de son mandat de député le 15 janvier 1900.

Inscrit, à la Chambre, au groupe de la gauche radicale, membre de diverses commissions, il participa rarement aux débats se contentant de ses fonctions de commissaire.

Aux élections générales du 27 avril 1902, il fut réélu au premier tour de scrutin, par 12.887 voix contre 5.752 à M. Chatillon, dans la même circonscription.

Membre de la Commission de l'agriculture (1902), il suivit avec attention les projets concernant l'amélioration des conditions de vie des agriculteurs. Il s'intéressa au problème des retraites pour les travailleurs des villes et, particulièrement, pour ceux des campagnes jusqu'alors défavorisés. Il apporta ses soins à défendre les intérêts agricoles et viticoles de la région beaujolaise.

Aux élections générales du 6 mai 1906, il retrouva son siège pour la troisième fois, au premier tour de scrutin, par 11.713 voix contre 1.357 à M. Daudet.

Membre de la Commission de l'agriculture, comme sous la législature précédente, il dut solliciter plusieurs fois des congés. Malade, il s'éteignit à Lyon, le 16 octobre 1907. Son décès qui eut lieu pendant l'intersession, ne fut pas annoncé à la Chambre et Justin Chabert ne bénéficia pas de l'éloge funèbre d'usage.