Jean, Hyacinthe de Bouteiller

1746 - 1820

Informations générales
  • Né le 27 juin 1746 à Saulx-en-woëvre ( - France)
  • Décédé le 27 avril 1820 à Nancy (Meurthe - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 21 septembre 1805 au 1er juillet 1810
Département
Meurthe
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Meurthe
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif en l'an XIII, député en 1815, né à Saulx-en-Woëvre (Meuse), le 27 juin 1746 « fils du sieur Louis François de Bouteiller, écuyer seigneur du fief de Saulx et autre lieux et de Dame Dorothée Haizelin son épouse », mort à Nancy (Meurthe), le 27 avril 1820, il appartenait à une noble et ancienne famille du Barrois.

Suivant le voeu de son père, il étudia le droit, et fut reçu, à dix-huit ans, avocat au Parlement de Metz ; puis à la suppression de cette cour (1771), il vint s'établir à Nancy. Il y acquit rapidement une grande réputation, qui lui ouvrit, en 1779, la carrière de la magistrature. Bouteiller, admis comme conseiller au Parlement de Nancy, fut choisi par la compagnie pour défendre en son nom le titre de son institution garanti par les traités, (les compagnies souveraines se voyaient alors menacées dans leur existence.) Il publia même un long mémoire : Examen du système de législation établi par les édits du mois de mai 1788, adressé aux princes du sang royal et aux pairs de France (Nancy 1788), où ces réclamations étaient méthodiquement exposées.

Bouteiller appartenait à l'Académie de Nancy ; il y fit, le jour de sa réception (1776), un discours sur les avantages que les personnes attachées au barreau peuvent retirer de la culture des belles-lettres.

En 1789, il fut membre de l'assemblée provinciale de Lorraine. Son éloignement pour les doctrines de la Révolution le fit poursuivre et arrêter en 1793. Pourtant, il devint, en l'an IV, membre de l'administration centrale du département de la Meurthe ; mais il se démit de cette fonction après le 18 fructidor.

Sous l'Empire, il fit partie pendant cinq ans du Corps législatif, où l'avait envoyé, le 4e jour complémentaire de l'an XIII, une décision du Sénat conservateur. En 1811, après sa sortie de l'assemblée, Napoléon Ier le nomma président à la Cour de Nancy.

Le gouvernement de la Restauration, auquel il s'empressa d'adhérer, le fit premier président à la même Cour. Il fut aussi nommé, le 22 août 1815, député de la Meurthe à la « Chambre introuvable »; il y fit partie de la majorité. Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 24 août 1819.

Date de mise à jour: mars 2015