Paul, Henri, Joseph Chautard

1862 - 1933

Informations générales
  • Né le 6 mai 1862 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 19 juin 1933 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Seine
Groupe
Gauche radicale-socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 6 mai 1862 à Paris, mort le 19 juin 1933 à Paris.

.. Député de la Seine de 1906 à 1910.

D'abord étudiant en médecine à Paris, Paul Chautard se spécialisa dans des recherches de chimie pure et de chimie biologique. Externe des hôpitaux en 1884, il fut lauréat de la Faculté de médecine l'année suivante et devint docteur ès sciences en 1888. Nommé chef de laboratoire à la Faculté de médecine, puis préparateur à l'Ecole polytechnique, il obtint une chaire de professeur à l'Ecole centrale des arts et manufactures pour y diriger les travaux chimiques.

Fixé dans le 15e arrondissement de Paris, il s'y intéressait aux œuvres philanthropiques et fut nommé adjoint au maire en 1892 pour le rester jusqu'en 1899. A cette époque, il se fit élire sur un programme radical-socialiste, conseiller municipal du quartier Necker. Réélu en 1900 et en 1904, il fut membre de diverses commissions, fut rapporteur général du budget, et prit une part active à la discussion du nouveau régime de la concession du gaz. Président de l'Assemblée municipale en 1906, il le resta jusqu'en 1907.

Il se présenta aux élections générales législatives des 6 et 20 mai 1906, dans la première circonscription du 15e arrondissement de Paris, et fut élu, au deuxième tour de scrutin, par 8.097 voix contre 6.802 à M. Paul Aubriot et 1.124 à M. Guillier, sur 16.312 votants. Inscrit au groupe radical-socialiste, il siégea à la Commission de l'enseignement, à celle des postes et des télégraphes et à celle du budget pour l'exercice 1909. Son activité fut intense. Il fut nommé rapporteur : de la proposition de loi tendant à décerner un certain nombre de décorations dans l'ordre national de la Légion d'honneur, à l'occasion de la célébration du cinquantenaire de la Société chimique de France (1907), du projet de loi portant approbation de la convention passée le 1er mai 1907 entre l'Etat et la Compagnie du chemin de fer du Nord pour l'exploitation du service maritime postal entre Calais et Douvres (1907), du projet de loi portant approbation des conventions et arrangements de l'Union postale universelle signés à Rome le 26 mai 1906 (1907), de la proposition de loi tendant à décerner aux chimistes de l'Université un certain nombre de décorations dans l'ordre national de la Légion d'honneur à l'occasion de la célébration du cinquantenaire de la Société chimique de France (1907), des budgets des postes et télégraphes et de la Caisse nationale d'Epargne de l'exercice 1909 (1908), du projet de loi portant approbation d'une convention passée entre l'Etat et la Compagnie des messageries maritimes pour l'exploitation des services de navigation d'intérêt général (1909), de la proposition de loi relative au traitement des sous-agents des postes, télégraphes et téléphones (1909), du projet de loi ayant pour objet la création de classes de perfectionnement annexées aux écoles élémentaires publiques et d'écoles autonomes de perfectionnement pour les enfants anormaux (1910). Il se fit entendre à la tribune dans la discussion : du projet de loi modifiant les articles 6, 9, 10 et 14 de la loi sur la séparation des Eglises et de l'Etat (1907), des budgets de l'instruction publique, des finances, de l'agriculture et des Postes et Télégraphes de l'exercice 1909 (en qualité de rapporteur) (1908), du projet de loi portant approbation d'une convention passée avec la Compagnie des Messageries maritimes (en qualité de rapporteur) (1909), des propositions de loi tendant à modifier le tarif général des douanes (1909), des budgets des finances, du commerce, et de l'Ecole centrale des Arts et manufactures de l'exercice 1910 (1909), du budget de l'instruction publique et de la loi de finances de l'exercice 1910 (1909), du projet de loi portant création d'écoles autonomes pour les enfants anormaux (en qualité de rapporteur) (1910).

Aux élections générales des 24 avril et 8 mai 1910, il échoua au deuxième tour de scrutin, n'ayant recueilli que 8.371 voix contre 9.325 à M. Paul Aubriot, qui lui succéda, sur 18.276 votants.

Il rentra alors dans la vie privée, et mourut le 19 juin 1933, à Paris, âgé de 71 ans, Une rue de Paris porte son nom : ouverte en 1932, elle fut baptisée en 1933.