Emmanuel, Victor Chavet

1844 - 1916

Informations générales
  • Né le 23 mars 1844 à Lyon (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 21 avril 1916 à Saint-bonnet-de-vieille-vigne (Saône-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Républicain démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 8 mai 1910 au 31 mai 1914
Département
Saône-et-Loire
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 23 mars 1844 à Lyon (Rhône), mort le 21 avril 1916 à St-Bonnet-de-Vieille-Vigne (Saône-et-Loire).

Député de Saône-et-Loire de 1898 à 1902 et de 1906 à 1914.

Fils d'un négociant en soieries, Emmanuel Chavet continua le commerce de son père.

Attiré par la politique, il devint en 1880 maire de Saint-Bonnet-de-Vieille-Vigne, où il avait une propriété, puis conseiller général pour le canton de Palinges, en 1885. Il était, en outre, vice-président de la Société d'agriculture, de la Caisse de crédit agricole et du syndicat agricoles de Charolles, directeur de la Caisse d'épargne et fondateur et président de la Société de secours mutuels de Charolles. Il remplissait les fonctions de secrétaire de l'assemblée départementale, lorsqu'il se présenta aux élections générales législatives du 8 mai 1898. Il fut élu député de la première circonscription de Charolles, au premier tour de scrutin, par 8.050 voix, contre 7.061 à M. Bouissoud, sur 15.574 votants.

Inscrit au groupe républicain démocratique et membre de plusieurs commissions spéciales, dont celle de l'amnistie,. il ne se manifesta pas en séance publique, se bornant à ses travaux de commissaire.

Il subit un échec aux élections générales du 27 avril 1902, n'obtenant, au premier tour de scrutin, que 7.182 voix contre 9.430 à M. Gabriel Chevalier qui lui succéda, sur 16.769 votants. Mais il prit sa revanche au renouvellement du 6 mai 1906 en battant à son tour M. Chevalier, au premier tour de scrutin, par 8.936 voix contre 8.200 à son adversaire, sur 17.386 votants. Il s'inscrivit au groupe de la gauche radicale, siégea dans diverses commissions, mais, comme sous la précédente législature, ne déposa aucune proposition de loi, aucun rapport et n'aborda jamais la tribune.

Réélu aux élections générales des 24 avril et 8 mai 1910, au deuxième tour de scrutin, par 8.652 voix contre 7.631 à M. Desroches, sur 16.451 votants, il appartint à la Commission des postes et des télégraphes et à la Commission de l'agriculture, et déposa un rapport au nom du 6e bureau sur l'élection de l'arrondissement de Sainte-Menehould.

Il ne se représenta pas aux élections générales des 26 avril et 10 mai 1914. Son siège revint à M. Joseph Faisant.

Il mourut deux ans plus tard, le 21 avril 1916 à Saint-Bonnet-de-Vieille-Vigne, âgé de 72 ans, Il était officier de la Légion d'honneur et du Mérite agricole.