Martial, Jean Delpit

1813 - 1887

Informations générales
  • Né le 25 février 1813 à Cahuzac (Lot-et-Garonne - France)
  • Décédé le 12 mai 1887 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Dordogne
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, né à Cahuzac (Lot-et-Garonne), le 25 février 1813, mort à Paris le 10 mai 1887, élève de l'école des Chartes, il devint le collaborateur d'Augustin Thierry pour le Recueil des monuments de l'histoire du tiers état. De 1844 à 1848, le ministre le chargea de missions en Angleterre pour y rechercher les documents relatifs à notre histoire ; sur cette mission, M. Delpit publia dans divers journaux, et notamment dans le Moniteur, des Lettres sur les archives et les bibliothèques de l'Angleterre.

En 1848, il fit paraître une brochure politique Les Questions du jour, et posa sa candidature à l'Assemblée constituante dans la Dordogne, mais son nom ne fut porté sur aucune liste.

Il fut plus heureux aux élections du 8 février 1871, et fut nommé représentant de la Dordogne à l'Assemblée nationale, le 9e sur 10, par 74 521 voix sur 97 443 votants et 142 476 inscrits.

Il se fit admettre à la réunion Colbert, au centre droit, et à la réunion des Réservoirs, fut rapporteur de la commission d'enquête sur le 18 mars, et présenta à cette occasion un rapport qui fut très discuté par le parti républicain ; signa l'adresse des députés syllabistes au pape, fut élu membre de la commission de permanence pendant les vacances parlementaires (août 1872), appuya le projet de loi contre l'Internationale, et prit part aux tentatives de restauration monarchique (1873).

Il vota :
- pour la paix,
- pour les prières publiques,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- pour le 24 mai,
- pour l'acceptation de la démission de Thiers,
- pour la circulaire Pascal,
- pour l'arrêté contre les enterrements civils,
- pour le septennat,
- pour le maintien de l'état de siège,
- pour le ministère de Broglie,
- contre le retour à Paris,
- contre la dissolution,
- contre l'amendement Wallon,
- contre l'amendement Pascal Duprat,
- contre les lois constitutionnelles.

Il ne fut pas réélu aux élections du 20 février 1876.

On a de lui :
- Mémoire sur les œuvres manuscrites de l'histoire municipale de la ville d'Amiens
- Le Saint-Suaire (1869), etc.