Georges, Pierre Audiguier

1863 - 1925

Informations générales
  • Né le 1er mars 1863 à Rochefort-montagne (Puy-de-Dôme - France)
  • Décédé le 8 avril 1925 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1902 au 31 mai 1906
Département
Oise
Groupe
Républicains progressistes

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né à Rochefort-Montagne (Puy-de-Dôme) le 1er mars 1863, mort à Paris (16') le 8 avril 1925.

Député de l'Oise de 1902 à 1906.

Après avoir terminé ses études de droit, Georges Audigier fut nommé chef de cabinet du Préfet d'Eure-et-Loir en 1889 et le resta jusqu'en 1893 où il fut nommé Sous-Préfet de Nogent-le-Rotrou. Sous-Préfet de Senlis en 1899, il fut révoqué par Waldeck-Rousseau. Il s'inscrivit alors au barreau de Paris.

Attiré par la politique, il se fit élire conseiller municipal de Senlis en 1900, puis fit acte de candidature aux élections générales législatives des 27 avril et 11 mai 1902, dans la 1re circonscription de Senlis. Il fut élu au 2° tour de scrutin. Inscrit au groupe des progressistes et membre de diverses Commissions, il fit preuve de beaucoup d'activité. On l'entendit notamment parler sur : la nécessité de frapper la tourbe litière d'un droit de douane (1903 et 1904); la nomination comme substitut à Amiens du Procureur de la République de Senlis (1904); la réforme des justices de paix (1904); le contrôle des sociétés d'assurances sur la vie (1904); la franc-maçonnerie (1904); les inspecteurs du travail (1904); l'attitude politique des fonctionnaires (1905); la candidature officielle (1906); l'introduction du sucre dans l'alimentation des chevaux de l'armée (1906); les agents de l'administration de l'enregistrement, des domaines et du timbre (1906); les caisses de retraites ouvrières (1906).

Aux élections générales de 1906, il se fit battre par M. Chopinet, Républicain radical.

Poète de talent, il avait publié : Les Rêveuses (1885); La Fidèle (1895); Vers la Victoire (1898); La ville au bois dormant (1912); et sous le pseudonyme de Châteauvieux : Casque et sabre (1894); Réservistes (1898).

Il était Officier d'académie et Chevalier du Mérite agricole.