Charles François

1874 - 1945

Informations générales
  • Né le 14 décembre 1874 à Malaucourt-sur-seille (Moselle - France)
  • Décédé le 29 octobre 1945 à Delme (Moselle - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Moselle
Groupe
Entente républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Moselle
Groupe
Union républicaine démocratique

Fonds d'archives

La division des Archives de l’Assemblée nationale conserve la déclaration des députés des provinces recouvrées lue à la Chambre, le 8 décembre 1919, par le docteur François, député de la Moselle (1P 114).

Ce document est à mettre en relation avec la déclaration des députés d’Alsace et de Lorraine, déposée par M. Jules Grosjean sur le Bureau de l’Assemblée nationale, le 1er mars 1871. L’Assemblée nationale la conserve sous la cote 1 P 113, où il est possible de retrouver des notes, de la correspondance ainsi que des extraits de discours.

Biographies

Né le 14 décembre 1874 à Malaucourt-sur-SeIIIe (Moselle).

Député de la Moselle de 1919 à 1928.

Né dans une famille implantée à Malaucourt où son père était propriétaire et qui y était demeurée après l'annexion de la Lorraine à l'Allemagne en 1871, Charles François fit ses études de médecine à la faculté de Strasbourg puis s'installa à Delme, chef-lieu de canton de l'arrondissement de Château-Salins, situé à quelques kilomètres seulement de son village natal.

La politique le tenta assez jeune puisqu'il prit en main les destinées de Delme en 1907 et conserva cette mairie jusqu'en 1925, sauf pendant les quatre années de la Grande guerre qu'il passa à la forteresse d'Ehrenbreitstein, près de Coblence, où les Allemands l'avaient incarcéré, dès le mois d'août 1914, avec d'autres Alsaciens-Lorrains suspectés de francophilie.

Libéré par l'armistice, sa mairie retrouvée, il entre en 1919 au Conseil général de la Moselle pour y représenter le canton de Delme et y siéger jusqu'en 1931.

Aussi, cette situation locale de premier plan lui permit-elle de prendre la tête de la liste d'union républicaine lorraine et de la mener tout entière à la victoire avec, entre autres, Robert Schuman et Guy de Wendel ; il obtint 62.557 voix sur 96.986 votants. Le 11 mai 1924, il fut réélu avec 57.284 suffrages sur 114.880 votants, ce qui lui donnait la sixième place sur la liste d'union républicaine lorraine conduite cette fois-ci par Robert Schuman. En 1928, le retour au scrutin uninominal lui sera fatal ; il se présenta dans la circonscription de Château-Salins, mais Jules Wolff, élu avec 8.991 voix sur 11.768 votants, lui fit subir un dur échec : il ne recueillit en effet que 2.535 voix. Désormais, il ne cherchera pas à retrouver son siège de député. Élu sur un programme de c progrès par l'union et la concorde » préconisant « l'amour de l'ordre, de la justice, de la liberté » mais aussi marqué par des préoccupations locales, il siégea à la Chambre dans les rangs de l’union républicaine démocratique.

Le docteur François eut, dès la séance de rentrée du 8 décembre 1919, son heure de gloire : c'est à lui en effet que revint l'honneur de lire au nom des vingt-quatre députés d'Alsace-Lorraine leur déclaration solennelle de fidélité à la Mère Patrie retrouvée.

Membre des commissions de comptabilité, de l'hygiène et de l'agriculture, il appartiendra pendant les deux législatures à celle d'Alsace-Lorraine et se fera, à ce dernier titre, le rapporteur d'une quarantaine de projets de loi destinés à adapter ou à introduire la législation française en Alsace et en Lorraine.

Très attaché à sa province natale, Charles François interviendra toujours en séance publique pour défendre les intérêts de ses compatriotes lorrains et alsaciens, que ce soit en matière budgétaire, administrative, ou de nationalité. C'est dans ce même état d'esprit qu'il donnera le 12 décembre 1924, par une lettre datée du 11, en même temps qu'onze autres de ses collègues alsaciens-lorrains, sa démission de la commission d'Alsace-Lorraine à cause de sérieuses divergences de vue avec le reste des membres de cette commission sur les problèmes complexes et délicats que comporte le retour à la France de ces provinces. Des apaisements ayant été donnés, Charles François sera réélu, avec ses onze autres collègues démissionnaires, membre de la commission le 19 décembre 1924.

Après son échec aux élections de 1928, le docteur François continua à siéger au Conseil général de la Moselle et à se consacrer à ses malades à Delme.



Né le 14 décembre 1874 à Malaucourt-sur-Seille (Moselle)

Décédé le 29 octobre 1945 à Delme (Moselle)

Député de la Moselle de 1919 à 1928

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome V, p. 1733)

Retiré de la vie politique, Charles François meurt à Delme, le 29 octobre 1945, à l'âge de 70 ans.