Charles Hartmann

1891 - 1956

Informations générales
  • Né le 26 novembre 1891 à Carspach (Haut-Rhin - France)
  • Décédé le 11 janvier 1956 à Thann (Haut-Rhin - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 26 avril 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Haut-Rhin
Groupe
Indépendants d'action populaire

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 26 novembre 1891 à Carspach (Haut-Rhin).

Député du Haut-Rhin de 1936 à 1942.

Fils de famille nombreuse, il débute dans la vie comme ouvrier et milite très tôt dans les rangs du mouvement syndical chrétien. Son sens de la justice et son énergie l'élèvent à la -tête de l'union départementale des syndicats chrétiens dont il sera secrétaire général de 1919 à 1936. Ses activités syndicales l'entraînent vers la vie politique. Il est élu en 1935 conseiller général du canton de Saint-Amarin.

Il se présente aux élections législatives des 26 avril et 5 mai 1936, dans le Haut-Rhin, circonscription de Thann, sous l'étiquette de l'union républicaine populaire. Il est élu au premier tour : sur 17.450 inscrits, 14.972 votants, il obtient 7.207 voix contre 3.274 à Dungler, 1.932 à Luttringer, 1.839 à Klein et 718 divers et nuls.

A la Chambre, il s'inscrit au groupe indépendant d'action populaire et il est nommé secrétaire de la Chambre. Il est membre de la commission d'Alsace-Lorraine et de la commission d'assurance et de prévoyance sociales. Ses initiatives parlementaires traduisent toujours ses préoccupations sociales: code local des assurances sociales, statut des gens de maison, travailleurs à domicile, emplois réservés, retraites des ouvriers de l'Etat, petit personnel des administrations et des P.T.T. Ses rapports ont tous pour objet des textes à caractère social : accidents du travail, caisses de maladie, prud’hommes, familles nombreuses.

Ses interventions en séance trahiront toujours ces mêmes soucis.

Hartmann vota à Vichy, le 10 juillet 1940, la loi accordant au maréchal Pétain les pouvoirs constitutionnels.



Né le 26 novembre 1891 à Carspach (Haut-Rhin)

Décédé le 11 janvier 1956 à Thann (Haut-Rhin)

Député du Haut-Rhin de 1936 à 1942

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VI, p. 1941)

Replié dans le sud-ouest de la France pendant l'occupation, Charles Hartmann défend les intérêts de ses compatriotes alsaciens réfugiés. En 1941, il dénonce auprès du Maréchal Pétain les pressions exercées par les Allemands sur les parlementaires alsaciens. L'année suivante, il rencontre Pierre Laval pour protester contre l'incorporation de force des jeunes alsaciens lorrains dans la Wehrmacht. Dès lors, il joue un rôle actif dans la résistance, à Barbazan, près de Lourdes, et participe au recrutement d'un bataillon de la brigade Alsace-Lorraine.

De retour en Alsace, son échec aux élections cantonales mettra fin à sa carrière politique.

Cependant, il demeure très actif et continue de se consacrer aux questions sociales : membre du conseil d'administration de l'hôpital de Thann, vice-président de la Caisse primaire d'assurance maladie, Charles Hartmann contribue à l'installation de la nouvelle sécurité sociale.

Il n'oublie pas pour autant ses concitoyens expulsés et spoliés pendant de la guerre et préside l'association des « proscrits » de l'arrondissement, qui s'efforce de faire reconnaître leurs droits. Il anime la revue catholique « Chez soi ».

Chevalier de la Légion d'honneur, titulaire de la médaille de la Reconnaissance française pour faits de résistance et de la croix du Mérite du combattant, officier du Mérite social, Charles Hartmann meurt à Thann, le 11 janvier 1956, à l'âge de 64 ans.