Louis Baucarne-Leroux

1817 - 1888

Informations générales
  • Né le 6 janvier 1817 à Roubaix (Nord - France)
  • Décédé le 22 novembre 1888 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Nord
Groupe
Centre droit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 22 novembre 1888
Département
Nord
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant à l'Assemblée nationale de 1871 et député depuis 1885, né à Roubaix (Nord), le 6 janvier 1817, mort à Paris, le 22 novembre 1888, il put, grâce à sa grande fortune, se livrer aux entreprises agricoles dans sa belle propriété de Croix (Nord), et devint maire de sa commune en 1853.

Il fut nommé à plusieurs reprises, en 1863, 1864 et 1869, président du Comice agricole de Lille, et fut élu, le 8 février 1871, représentant du département du Nord à l'Assemblée nationale, le 20e sur 28, par 202 549 voix sur 262 927 votants et 326 440 inscrits. Il siégea au centre droit, fit partie de plusieurs commissions importantes, et prit la parole dans les questions relatives à l'agriculture. Il vota :
- le 1er mars 1871, pour la paix ;
- le 16 mai, pour les prières publiques ;
- le 10 juin, pour l'abrogation des lois d'exil ;
- le 3 février 1872, contre le retour de l'Assemblée à Paris ;
- le 24 mai 1873, pour l'acceptation de la démission de Thiers ;
- le 24 juin, pour l'arrêté contre les enterrements civils ;
- le 20 novembre, pour la prorogation des pouvoirs du maréchal de Mac-Mahon ;
- le 4 décembre, pour le maintien de l'état de siège ;
- le 16 mai 1874, pour le ministère de Broglie ;
- le 29 juillet, contre la dissolution de l'Assemblée ;
- le 30 janvier 1875, contre l'amendement Wallon ;
- le 25 février, contre l'ensemble des lois constitutionnelles.

Il échoua aux élections du 20 février 1876, du 14 octobre 1877 et du 21 août 1881 ; mais fut réélu dans le même département, le 4 octobre 1885, le 7e sur 20, par 162 358 voix, sur 292 696 votants et 348 224 inscrits.

Il n'a pas cessé de voter avec la droite monarchiste, et est mort pendant la session.