Isidore, François Maillé

1841 - 1917

Informations générales
  • Né le 3 janvier 1841 à Le bosc-roger (Eure - France)
  • Décédé le 10 janvier 1917 à Saint-aubin-les-elbeuf (Seine-Maritime - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 20 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 3 janvier 1841 au Bosc-Roger (Eure), mort le 10 janvier 1917 à Saint-Aubin-les-Elbeuf (Seine-Inférieure).

Député de la Seine-Inférieure de 1906 à 1910.

Propriétaire agriculteur, conseiller général du canton d'Elbeuf, maire de Saint - Aubin - Jouxhe - Boulleng, Isidore Maillé, qui s'était dévoué pendant quarante ans à la cause républicaine pour la défense des humbles et des déshérités de la fortune, fut désigné par le congrès des comités radicaux et radicaux-socialistes démocratiques du canton d'Elbeuf et la concentration des comités républicains radicaux du canton de Grand-Couronne, pour se présenter aux élections générales de mai 1906 dans la 3e circonscription de Rouen. Il fut élu au second tour de scrutin par 6.976 voix contre 6.754 voix à Julien Goujon, député sortant, bien que celui-ci arrivât en tête au premier tour.

Membre des commissions de l'hygiène publique et des prestations, Isidore Maillé déposa des propositions de loi relatives aux centimes départementaux et communaux, tendant à modifier la loi du 21 mai 1836 et à supprimer la prestation personnelle.

A la suite des orages survenus le 30 juin 1908 dans la région d'Elbeuf, il déposa une proposition de loi tendant à ouvrir un crédit extraordinaire destiné à venir en aide aux victimes de cette calamité.

Il prit part à la discussion du budget du Commerce et de l'Industrie en 1907, 1908 et 1909, du budget des Travaux publics en 1909, de celui des Chemins de fer de l'Etat en 1910.

Isidore Maillé ne recueillit, au premier tour des élections du 24 avril 1910, que 1.845 voix contre 4.275 à Mouchel, professeur, maire d'Elbeuf, qui fut élu le 8 mai par 7.169 voix contre 5.510 à Delpeuch.

Isidore Maillé, qui s'était maintenu au second tour, n obtint alors que 54 voix.

Il faillit perdre la vie, quelques années plus tard, dans un acte de sauvetage dont les suites lui valurent une longue et douloureuse maladie.

Il devait mourir le 10 janvier 1917 à Saint-Aubin-les-Elbeuf, alors qu'il était le doyen des maires de son département. Il était âgé de 76 ans.