François de Montera

1823 - 1908

Informations générales
  • Né le 27 mai 1823 à Bastia ( - France)
  • Décédé le 8 février 1908 à Bastia (France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 octobre 1885 au 5 décembre 1885
Département
Corse
Groupe
Union des Droites

Biographies

Député de 1885 à 1886, né à Bastia (Corse) le 27 mai 1823, il étudia le droit et se fit recevoir avocat. Il entra dans la magistrature, et parvint sous l'Empire au poste d'avocat général. Puis il revint au barreau.

Après le 4 septembre 1870, il manifesta des opinions nettement bonapartistes, et plaida dans plusieurs affaires politiques retentissantes, telles que celle du journaliste Saint-Elme, qu'il défendit devant la chambre des appels correctionnels de la cour de Bastia.

Porté, aux élections d'octobre 1885, sur la liste impérialiste de la Corse, M. de Montera fut élu, au second tour de scrutin, le 18, le 3e sur 4, par 24,953 voix (50,489 votants, 74,275 inscrits). Mais les opérations du scrutin furent invalidées par la majorité de la Chambre, et M. de Montera, qui s'était fait inscrire à l'union des droites, n'obtint plus, le 14 février 1886, que 24,193 suffrages sur 49,382 votants. La liste républicaine passa alors tout entière.


Né le 27 mai 1823 à Bastia (Corse), mort le 8 février 1908 à Bastia.

Député de la Corse en 1885. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT et COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 412.)

Aux élections de 1889, Montera se représenta dans la circonscription de Corte et obtint 3.792 voix sur 11.146 votants. Mais il se retira avant le second tour, ainsi d'ailleurs que les autres candidats, laissant la lice libre pour le candidat opportuniste, Horace de Choiseul qui fut élu et le candidat boulangiste, Farinole.

Il ne fit plus acte de candidature et mourut le 8 février 1908 à Bastia, à l'âge de 85 ans.