Jean-Baptiste Bénézech

1852 - 1909

Informations générales
  • Né le 6 avril 1852 à Montpellier (Hérault - France)
  • Décédé le 20 février 1909 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 22 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Hérault
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1902 au 31 mai 1906
Département
Hérault
Groupe
Socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 20 mai 1906 au 20 février 1909
Département
Hérault
Groupe
Socialistes unifiés

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 6 août 1852 à Montpellier (Hérault), mort le 20 février 1909 à Paris.

Député de l'Hérault de 1898 à 1909.

Appartenant à une famille d'ouvriers, Jean-Baptiste Benezech devint lui-même ouvrier typographe. En 1870, alors qu'il n'avait que 18 ans, il fit brillamment campagne comme franc-tireur dans l'armée de la Loire. A sa démobilisation, il reprit son métier de typographe et S'incrivit au parti socialiste.

Il fut élu en cette qualité Conseiller municipal de Montpellier en 1892.

Ce premier succès politique l'encouragea à se présenter aux élections générales législatives des 8 et 22 mai 1898 dans la deuxième circonscription de Montpellier. Il obtint, au 2me tour de scrutin 12.203 voix contre 7.234 à son concurrent le plus favorisé M. de Girard. Au cours de ce mandat, il appartint à diverses Commissions et prit part à la discussion des Budgets des exercices 1899, 1900, 1902 s'intéressant à l'application du système de commandite à l'imprimerie nationale (1898, 1899) et à la vente du Journal Officiel (1901).

Il présenta de concert avec certains de ses collègues un amendement relatif à la suppression du chapitre des fonds secrets du Ministère de l'Intérieur (1901). Il se fit également entendre au cours du débat sur le projet de loi réorganisant les services maritimes postaux entre le continent et la Corse (1902).

Aux élections générales des 27 avril et 11 mai 1902, il devait être réélu au 2e tour de scrutin, par 8.699 voix contre 7.625 à M. Temple.

Pendant ce second mandat, Jean-Baptiste Benezech fut nommé membre de la Commission du travail. Il prit une part active à la discussion des budgets des exercices 1903, 1905 et 1906. Il demanda une fois encore la suppression des dépenses secrètes (1903), s'intéressa au sort des administrateurs de l'inscription maritime (1903), et déposa au cours de la discussion du budget de la guerre, un projet de résolution tendant à accorder une pension de retraite aux hommes ayant contracté une infirmité pendant leur service militaire (1905). Il réclama une indemnité de résidence en faveur des ouvriers et employés des chemins de fer de l'Etat (1906).

Son mandat lui fut renouvelé aux élections des 6 et 20 mai 1906, au 2e tour de scrutin, par 8.864 voix contre 8.523 à M. Gervais. Il en pût, au cours de cette législature, prendre part qu'à la discussion du budget de l'imprimerie nationale de l'exercice 1908 (1907). Il devait mourir en cours de mandat, le 20 février 1909 à Paris.

Son éloge funèbre fut prononcé à la 1re séance du 24 février, par le Président Henri Brisson, qui rendit hommage à l'ancien Président de la Chambre syndicale des ouvriers typographes et à l'ancien trésorier de la Bourse du travail de Montpellier.