Charles, Jean, Félix Pozzo Di Borgo

1858 - 1902

Informations générales
  • Né le 27 février 1858 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 5 octobre 1902 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Corse
Groupe
Républicains progressistes

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 27 février 1858 à Paris, mort le 5 octobre 1902 à Paris (7e). Député de la Corse de 1898 à 1902.

Le comte Charles Pozzo di Borgo appartenait à une des plus anciennes familles de Corse. Fils du duc Jérôme et de la duchesse née de Montesquiou-Fezensac, il était également l'arrière petit-neveu du comte Charles-André Pozzo di Borgo, l'ennemi de Napoléon qui, après avoir émigré en Russie, avait été ambassadeur des tsars à Paris de 1814 à 1835.

Après des études classiques au collège Stanislas à Paris, il suit les cours de la faculté de Droit et de l'école des Sciences politiques. Il se consacre ensuite à l'étude de l'histoire diplomatique contemporaine et publie en 1897 les deux volumes de la Correspondance diplomatique du comte Pozzo di Borgo, ambassadeur de Russie en France, et du comte de Nesselrode, 1814-1818.

Il se présente aux élections législatives du 8 mai 1902 dans la circonscription de Sartène, au siège laissé vacant par Emmanuel Arène, candidat à Ajaccio. Il est élu au premier tour par 5.658 voix contre 1.867 à son adversaire, le docteur Balesi.

Son programme d'action est axé essentiellement sur la défense des intérêts de l'île et l'amélioration des conditions de vie des insulaires. Il se proclame également démocrate et partisan d'une république « libérale, modérée, ouverte à toutes les bonnes volontés et sagement progressiste, suivant les tendances légitimes de notre société moderne ».

Son élection validée, il s'inscrira au groupe des républicains progressistes ainsi qu'au groupe colonial, à celui de la défense de la petite et moyenne culture et à celui de la navigation et des pêches.

Au cours de la législature 1898-1902, il appartiendra à diverses commissions chargées d'examiner des projets et propositions d'intérêt local et le projet de loi sur les services postaux avec la Corse. A l'occasion du débat sur le budget de l'exercice 1900, il prend part à la discussion des crédits de l'agriculture et présente à cette occasion, a la Chambre, un état économique de la Corse.

En raison de son état de santé, le comte Pozzo di Borgo ne sollicite pas le renouvellement de son mandat aux élections du 27 avril 1902. Il meurt à Paris le 5 octobre de la même année, à l'âge de 44 ans.