Joseph Silbermann

1875 - 1955

Informations générales
  • Né le 14 juillet 1875 à Spechbach-le-haut (Haut-Rhin - France)
  • Décédé le 20 septembre 1955 à Spechbach-le-haut (Haut-Rhin - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Haut-Rhin
Groupe
Union républicaine démocratique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 14 juillet 1875 à Spechbach-le-Haut (Haut-Rhin).

Député du Haut-Rhin de 1924 à 1928.

Issu d'une famille de vieille souche alsacienne, Joseph Silbermann poursuivit des études agricoles et fut propriétaire cultivateur.

Il occupa une place importante dans l'organisation agricole de l'Alsace et collabora à la presse agricole d'Alsace et de Lorraine.

Maire de Spechbach-le-Haut, il entra en 1921 au conseil d'arrondissement d'Altkirch et en 1962 au conseil général du Haut-Rhin.

Il est âgé de 48 ans lorsqu'il est élu député le 11 mai 1924, inscrit sur la liste de l'Alliance républicaine, par 59.099 voix (134.986 inscrits, 113.830 votants). Le 22 avril 1928, le scrutin d'arrondissement ne lui est pas favorable. Dans la circonscription d'Altkirch, il obtient au premier tour 3.931 voix contre 5.110 à Eugène Ricklin, et au deuxième tour 4.513 voix contre 7.741 à son heureux adversaire.

A la Chambre, Joseph Silbermann est inscrit au groupe de l'entente des républicains démocrates et fait preuve d'une très grande activité au sein de la commission de l'agriculture et de la commission d'Alsace-Lorraine, commissions auxquelles ses compétences le destinaient plus particulièrement.

Auteur de diverses propositions de loi (exercice du droit de chasse, dommages de guerre, affectation des immeubles militaires inutilisés, réparation des dégâts causés par les sangliers), il présenta de nombreux rapports (rattachement au ministère du travail de l'office régional de statistique d'Alsace et de Lorraine ; organisation et exploitation de services réguliers de transports) et prend part à des discussions (budget de l'exercice 1925, régions libérées, enseignement du français aux adultes, dommages de guerre, avances aux sinistrés et main-d’œuvre agricole).

Il nourrit une sollicitude particulière pour sa région et pour tout ce qui touchait à l'agriculture.