René, Paul, Gustave Trouvé

1867 - 1935

Informations générales
  • Né le 19 juin 1867 à Le dorat (Haute-Vienne - France)
  • Décédé le 17 octobre 1935 à Saint-maurice (Val-de-Marne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 21 février 1909 au 31 mai 1910
Département
Haute-Vienne
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 avril 1910 au 31 mai 1914
Département
Haute-Vienne
Groupe
Gauche radicale

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1920 au 1er janvier 1927

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 19 juin 1867 au Dorat (Haute-Vienne), mort le 17 octobre 1935 à Saint-Maurice (Seine).

Député de la Haute-Vienne de 1909 à 1914.

Sénateur de la Haute-Vienne de 1920 à 1927.

René Trouvé était directeur de la maison maternelle régionale de la Haute-Vienne. Conseiller général et maire de sa ville natale, il exerça la médecine de 1898 à 1909.

Elu pour la première fois député de la Haute-Vienne le 21 février 1909, il avait obtenu au premier tour 9.105 voix contre 6.854 à Mazurier, en remplacement de Vacherie devenu sénateur.

Il est réélu sans grande difficulté le 24 avril 1910, toujours au premier tour avec 10.697 voix, contre 783 voix à Montvallier et 4.128 bulletins blancs ou nuls sur 24.681 inscrits. Il s'inscrit au groupe de la gauche radicale.

Les élections législatives de 1914 ne lui sont pas favorables (il ne se présente pas au premier tour et au second tour il n'obtient que 6.887 voix, et est battu par Valière qui en obtient 7.268 sur 16.024 votants et 23.292 inscrits), mais on le retrouve comme candidat aux élections sénatoriales de 1920. Il est élu le 11 janvier de cette année et siège dans l'hémicycle avec le groupe de la gauche radicale et radicale-socialiste.

Il est membre de la commission des chemins de fer et de la commission de l'hygiène, mais intervient rarement dans les débats publics. Son mandat n'est pas renouvelé en 1927.

René Trouvé se retire à peu près complètement de la vie politique et meurt le 17 octobre 1935.